Société

Cameroun – Santé : l’hôpital de Djoungolo reprend de l’envol

Afin de relever cet édifice qui a connu un déséquilibre, l’hôpital vient de renouveler le personnel.

Dans l’enceinte de l’hôpital de Djoungolo, sont dressés des chapiteaux de couleur blanche. Sur celle destiné à accueillir les patients, on peut lire sur une affiche : « l’hôpital de Djoungolo reprend de l’envol ». Dans cet espace aménagé sont assis des médecins et infirmières disponibles à recevoir les malades. «Nous prenons le poids, la tension des patients. Il y a une autre équipe qui offre ses services pour le planning familiale, le consulting pour le Vih/ Ist. Le test d’hémoglobine pour les femmes enceintes et les personnes âgées est gratuit ainsi que la glycémie à jeun. Après cet étape, les patients sont orientés en consultation », explique un médecin. Dans le grand bâtiment, se déroule le culte d’installation des membres de la nouvelle équipe dirigeante. Ils sont en fait au nombre de dix. Parmi eux il y a : un nouveau directeur, suivi de son adjoint, les surveillants généraux, un comptable matière et financière, le chef service des finances et autres. La joie est à son comble. Le personnel existant compte sur la nouvelle équipe pour rehausser la notoriété de leur hôpital.

«Nous sommes fiers, enfin cette structure recouvrira sa valeur », se réjouit une infirmière. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, sur les affiches on retrouve : « l’hôpital de Djoungolo reprend de l’envol ». Le nouveau directeur conscient de ce challenge rassure : « C’est une grosse responsabilité d’assumer. Je me prépare au combat. Cet hôpital était déjà pratiquement au fonds de l’abîme. Nous avons pris sur nous de le réhabiliter et de le rendre fonctionnel. En réalité cet hôpital était le fleuron dans la ville de Yaoundé. Nous voulons qu’il retrouve cette place », explique Vincent de Paul Elanga, le nouveau directeur de cet hôpital. La mauvaise gestion financière, le matériel indéfectible et la vétusté des bâtiments sont les problèmes de cette structure.

Lire aussi
Compétitivité: L’économie camerounaise perd des points

L’hôpital de Djoungolo est le patrimoine de l’Eglise presbytérienne du Cameroun (Epc). Cette oeuvre a connu un faible taux de fréquentation des malades, mais n’a jamais fermé les portes. « Il y a eu un malaise au sein de cette structure, ce depuis l’an 2000. Ce dysfonctionnement est dû à la mauvaise gestion financière. Il y a eu beaucoup de directeurs avec l’affectation des personnes incompétentes. Mais pas la morgue est un service de l’hôpital qui sera réhabilité en son temps », réplique un autre infirmier. A l’hôpital Epc de Djoungolo, le personnel médical regagne le terrain en offrant multiples services 24 h/24 : urgences, chirurgies, pédiatrie Diabétologie, La morgue qui est fermée pour l’instant, sera ressuscité avec le temps. La réhabilitation des bâtiments a commencé et doit durer neuf mois, selon des sources. « Nous comptons relever le plateau technique qui n’existait presque plus. Améliorer les méthodes de gestion avec les outils informatiques. Pour faire ramener les malades et augmenter le chiffre d’affaire de l’hôpital », a rappelé le nouveau directeur.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page