CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
12592
Actifs
2179
Guéris
10100
Décès
313
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 29 juin 2020
Politique

Cameroun : Pourquoi faut-Il virer Nganou Djoumessi et Jean Moufo ?

De l’avis de Conrad Dieudonné Bébé Ndi, directeur Général de l’entreprise Cdbn-Intercommunautaire, le ministre des Travaux Publics, Nganou Djoumessi, et le directeur général de Labogénie, Jean Moufo sont à l’origine de plusieurs maux au Cameroun. Il demande par conséquent aux journalistes de dénoncer ces derniers.

Ce n’est pas la première fois que Conrad Dieudonné Bébé Ndi tape du poing sur la table. En aout dernier, Le patron de Cdbn-Intercommunautaire reprochait à Jean Moufo de n’avoir pas donné suite à la « réalisation des tests en laboratoire » et l’ « Aggrebind », un produit de stabilisation de sol, favorisant la conception et la réalisation des voiries et routes à moindre cout au Cameroun.

Puis en janvier dernier, Conrad Dieudonné Bébé Ndi accusait les deux d’être de connivence dans une affaire visant à freiner le développement du Cameroun. Il affirmait que Jean Moufo et Emmanuel Nganou Ngoumessi sabotent le programme des grandes opportunités du Chef de l’Etat, S.E Paul Biya. Selon lui, ces derniers posaient des actes et omissions qui résulteraient à faire échouer le projet de stabilisation des voieries urbaines, rurales et des infrastructures du pays.

Aujourd’hui, le directeur général de Cdbn-Intercommunautaire demande aux hommes des médias de solliciter les départs de ses deux « ennemis ». « Mes chers journalistes il est temps de faire du tapage médiatique que ces hauts responsables qui polluent notre environnement pour leurs intérêts personnels et égoïstes soient déposés », déclare-t-il.

Selon lui, il est nécessaire que le président Paul Biya soit au parfum de leurs malversations.

237online s’est chargé de relever les accusations de Conrad Dieudonné Bébé Ndi :

1-La participation en informel à la déstabilisation du Cameroun en posant des actes et omissions à desseins qui résulteraient à exciter le peuple à descendre dans les rues afin de manifester leur mécontentement.

2- La faiblesse des études préalables des travaux des travaux de construction de l’autoroute Yaoundé Nsimalen, section dite en rase campagne dont les conséquences sont aujourd’hui visibles dans la détermination de la valeur d’une des caractéristiques intrinsèques des granulats pour la fabrication du béton bitumeux.

3- Les multiples dérogations accordées jusqu’ici à l’entreprise dénotent du manque de sérieux dans la chaine de la planification de ce projet.

  1. Le manque d’esprit d’anticipation de l’assistant géotechnique à la maîtrise d’ouvrage qui est le Labogenie, dont leur expertise est ainsi interpellée dans la résolution des problèmes géotechniques. Le Labogenie étant la référence nationale dans le domaine.
  2. Pire le Labogenie dans le cadre de ce projet, est d’une part sous-traitant de l’entreprise CCCC et assistant géotechnique à la maîtrise d’ouvrage d’autre part.
  3. L’absence de rigueur et la légèreté dans le contrôle et la surveillance en ce qui concerne le contrôle du matériel et des matériaux utilisés.
  4. Le manque des études géotechniques sur des immeubles, des buses, des hôtels qui s’écroulent partout dans le territoire camerounais.
  5. Les copiés collé des rapports géotechniques à délivrer dans l’administration centrale en l’occurrence le MINTP qui cautionne ces manœuvres y compris le PCA du Labogenie.

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer