Cameroun – Positionnement : Régler le contentieux pour sortir de la crise

Roland Moumie

En commémorant la mort du nationaliste Felix Moumie, l’Alliance patriotique appelle le Cameroun à se réconcilier avec son passé pour retrouver la paix.

« Nous voulons que personne n’oublie ce qui a été fait au Cameroun. Nous voulions la réunification du Cameroun avant son indépendance. Nous voulions l’élévation du standard de vie de nos populations. L’indépendance factice qu’on a eue au Cameroun s’est faite sur le dos des nationalistes camerounais. » Il y a du chagrin dans la voix du Pr Théophile Yimgaing Moyo qui évoque ce qu’il appelle le contentieux historique au Cameroun. Il y a de quoi avoir des regrets car, si les nationalistes de l’Union des populations du Cameroun (Upc) avaient été écoutés ou avaient pu mettre en œuvre leur projet de société, il n’y aurait pas aujourd’hui de crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

A l’Alliance patriotique, on est convaincu que le Cameroun reste hanté par son passé ; et que le pays ne trouvera la paix que s’il règle enfin le contentieux historique entre ses enfants puis avec les puissances coloniales d’hier. Cette conviction a encore été réaffirmée ce 3 novembre, date anniversaire de l’assassinat en 1960 de Felix Roland Moumie qui avait repris le flambeau à la tête de l’Upc après Ruben Um Nyobe assassiné lui-aussi en 1958. Ces crimes jamais élucidés et qui n’ont jamais fait l’objet de procès, font également partie du fameux contentieux historique ; en plus des autres morts : Ernest Ouandie, OsendeAfana et tous les personnes tués par le jeu de complicité entre leurs propres compatriotes et la puissance coloniale. Il s’agit de savoir pourquoi le corps de Ruben Um Nyobe a subi des atrocités avant d’être enterré sous le béton. Il faut des réponses au non-lieu prononcé par la justice suisse dans l’affaire de l’assassinat de Felix Roland Moumie. Des questions persistent également sur la mort d’Osende Afana dont la tête a été tranchée et apportée au président Ahmadou Ahidjo. Voilà qui remet au goût du jour la problématique de la place des martyrs dans le contentieux historique.

C’est ce qui a été discuté par les membres de l’Alliance patriotique réunis ce 3 novembre en mémoire de Felix Roland Moumie, mais aussi en hommage de tous les martyrs de la lutte de libération du Cameroun. L’Alliance n’est pas un parti politique. Elle se veut un mouvement destiné à fédérer l’ensemble des forces progressistes du Cameroun éparpillées dans le pays et à travers le monde. D’où cet appel du Pr Théophile Yimgaing Moyo, le vice-président de cette plateforme naissante. Les partis politiques, les syndicats, l’ensemble de la société civile, même les plus petites associations dans les quartiers, ainsi que les particuliers, notamment les jeunes, les travailleurs, les universitaires ou encore les petits commerçants, tous sont invités à se rassembler pour créer un véritable mouvement nationaliste comme l’ont fait Ruben Um Nyobe et ses camarades de l’Upc.
Etre nationaliste c’est résister à toute forme d’oppression d’où qu’elle vienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *