Cameroun – Pndp: Bruno Gain satisfait par la gestion des fonds

Alors que le Programme national de développement participatif fait l??objet d??accusation de malversations financières de la part d??une association camerounaise, l??ambassadeur de France au Cameroun, dont le pays est l??un des principaux financiers du programme se dit«satisfait de la manière dont se passent les choses ».
«J??ai une opinion tout à fait favorable sur le Programme national de développement participatif (Pndp)», a répondu l??ambassadeur de France à la question de savoir quelle était son opinion sur la gestion des fonds alloués par son pays au Pndp. Le diplomate français revient d??une visite de trois jours dans le septentrion

(Tokombéré, Moutouroua, Mora). Au cours de ce séjour, Bruno Gain assure avoir vu des projets de forage d??eau potable, d??électrification?? « bien conçus » qui ont changé le quotidien des populations locales.
« Nous sommes tellement satisfait de la manière dont se passent les choses que nous avons décidé d??accroitre notre financement (??) dans la 2e phase du Pndp», renchérit l??ambassadeur. En fait d??accroissement, la France a multiplié par presque 3 sa participation dans le programme à travers le Contrat de désendettement et développement (C2d). De 13 milliards lors de la 1ère phase (2004-2009) le financement actuel de la France se chiffre à 37,8 milliards, faisant du pays, le premier bailleur du Pndp.
« On n??est content »
Même son de cloche du côté de la Banque mondiale, autre bailleur de fonds du programme. « Mon chef de projets a visité plus de 600 de ces microréalisations. J??ai moi-même visité quelques projets aussi. Ces microprojets sont bien faits et correspondent aux priorités des populations. On n??est content dans toutes les régions!», a exalté Greg Binkert, le directeur des opérations de la Banque mondiale au Cameroun. L??institution a également multiplié son apport le faisant passer de plus de 10 milliards à plus de 20 milliards de la première à la seconde phase.
Bruno Gain et Greg Binkert se sont exprimés le 23 novembre lors de la cérémonie de remise aux communes de 44 motos Ag d??une valeur totale de 132 millions de Fcfa. Ces motos « visent à faciliter les déplacements des agents communaux recrutés dans le cadre de la mise en ??uvre des actions de développement des collectivités territoriales décentralisées», justifie un communiqué du Pndp.
« Ils sont complices »
Les déclarations de ces diplomates sonnent comme un démenti au Rassemblement de la jeunesse camerounaise. Cette association dénonce des malversations financières au Pndp. Joint au téléphone, son président, Sismondi Barlev Bidjoka, accuse les bailleurs de fonds de complicité.
« Ils sont tous complices (??). La France cautionne la mal gouvernance parce que ce qu??elle donne de la main gauche, elle le reprend de la main droite avec les entreprises françaises qui gagnent les marchés dans les projets qu??elle finance », soutient le journaliste. Une accusation récurrente notamment dans le cadre du C2d mais toujours rejetée par les autorités françaises qui estiment notamment que la sélection des entreprises obéit à un processus transparent d??appel à concurrence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *