Société

Cameroun – Lutte contre la désertification: les jeunes à l’école des bonnes pratiques

L’initiative « GREEN SCHOOL » a été lancée ce jeudi 11 octobre 2018 au lycée Leclerc de Yaoundé par le Ministre des enseignements secondaires.

Conjointement organisée par le SHALOM CLUB (un club d’anciens diplômés des séminaires camerounais du MASHAV), L’ambassade d’Israël et MASHAV (agence d’aide étrangère et de développement d’Israël).

Des arbres ont été plantés dans l’espace vert aménagé au lycée leclerc. Manguiers ; safoutiers ; orangers ; corossoliers et sapins, en présence des jeunes élèves du dit établissement qui doivent désormais s’imprégner des techniques relatives à la plantation ; à la culture et à la conservation des arbres fruitiers. Le projet va s’étendre dans 29 autres établissements de la ville de Yaoundé, et 300 arbres seront plantés. Il est question de valoriser la culture des légumes et fruits pour satisfaire les besoins alimentaires, il est également question de valoriser l’utilisation des déchets organiques par la promotion des engrais verts. Élèves et enseignants ont fortement été sensibilisés. Et du matériel a été remis non seulement au proviseur du lycée Leclerc mais aussi au représentant de 14autres établissements de la ville pour qu’ils aillent à leur tour créer des espaces verts dans l’enceinte de leurs écoles et sensibiliser leurs élèves aux bonnes pratiques acquises. Il faut rappeler qu’une formation a précédé la réalisation de cette opération. Les différents acteurs ont reçus des savoirs en matière de développement des espaces verts scolaire et de gestion des déchets. Ces savoirs doivent être transmis aux jeunes élèves des établissements sélectionnés. En effet ; les politiques au Cameroun placent le secteur de l’éducation au centre du développement. Il est donc nécessaire que de telles stratégies soient initiées. Elles peuvent déboucher à la construction d’une économie forte.

Le SHALOM CLUB CAMEROUN, créé en 2015 est un fruit de la coopération Cameroun-Israël. Une coopération fructueuse et vieille d’une trentaine d’années qui a permis de former des milliers de camerounais dans les domaines variés du développement à travers des programmes de formation de l’agence israélienne pour la coopération internationale au développement (MASHAV) et d’autres institutions en Israël. Reste que les savoirs acquis par les encadreurs soient effectivement transmis à la jeunesse scolarisée pour que les ressources végétales soient effectivement valorisées par ces derniers. La survie de l’environnement en dépend et la jeunesse constitue l’avenir de demain.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer