Cameroun : Liv’S night-club de Yaoundé sous haute surveillance

Drame du Liv’s night-club

Vingt jours après l’incendie qui a couté la vie à 16 personnes au Liv’S night-club, ce coin de divertissement reste toujours inaccessible au public. Le bilan actualisé est passé de 18 morts.

Un jeune photographe parcourt l’immeuble sinistré qui abrite le Liv’s night-club au quartier Bastos pour prendre les images ce 26 janvier 2022 aux environs de 11h. A l’intérieur comme à l’extérieur, le photographe fixe l’objectif de son appareil sur tout ce qu’il voit au passage. Mêmes les deux extincteurs placés à l’entrée principale n’échappent pas à cette séquence photo. Ce photographe est accompagné sur les lieux par un policier arborant une tenue civile. Avant de quitter les lieux, le policier se rassure si les images de la cuisine ont été prises. Après une réponse par l’affirmative, ce groupe d’enquêteurs décide de quitter les lieux. Ce policier en civil que nous avons approché pour en savoir davantage sur ce qui se passe sur le lieu du sinistre depuis la survenance de l’incendie mortel qui a couté la vie à 16 personnes nous confie : « Je ne peux rien vous dire. Je suis juste de la police scientifique. Nous sommes là pour prendre les images. Je ne sais pas ce qui se passe ici depuis dimanche.

D’ailleurs, je suis en train de repartir au bureau ». Il est impossible d’accéder au lieu du sinistre depuis dimanche dernier, car le cordon de sécurité érigé est toujours en place. Les populations voisines sont parfois obligées de solliciter l’autorisation des policiers pour passer devant le Liv’s Night-club. Ce 26 janvier 2022, un pick-up de la gendarmerie nationale est stationné devant l’entrée principale. Quatre personnes font les va et vient. L’entrée principale de coin de divertissement qui a endeuillé plusieurs familles reste ouverte, mais aucune personne étrangère n’est autorisée à accéder : « Personne n’est autorisée à entrer dans ce bâtiment depuis dimanche. Les policiers et les gendarmes le surveillent 24h/ 24. Certains travaillent la nuit et d’autres en journée », explique un habitant voisin.

Dans la nuit de samedi à dimanche, l’incendie survenu au Liv’s night-club a fait un total de 16 morts et une dizaine de blessés graves. Selon un communiqué du gouvernement, l’incendie a été causé par les déflagrations issues des feux d’artifice utilisés en ces lieux. Ces feux d’artifice ont par la suite entrainé une explosion qui a suscité une forte panique. Les sources contactées à l’hôpital central de Yaoundé ce 26 janvier confirment que deux autres victimes touchées à 90% par les brûlures ont succombé à leurs blessures. Le directeur de l’hôpital central de Yaoundé a affirmé quelques heures après le drame que les blessés reçus dans cette formation hospitalière de première catégorie ont été brulés à plus de 90%. Suite à ce drame qui a endeuillé de nombreuses familles, une enquête a été prescrite par le président de la République. Les résultats de l’enquête permettront de dégager les responsabilités et de prendre les mesures pour anticiper sur ce type de tragédie.

Prince Nguimbous / 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *