Société

Cameroun : Les enfants ont besoin d’encadrement à Bertoua

Les festivités de la journée consacrée à l’enfant africain ont permis de mettre à nu les réalités de ces derniers.

La 32ème édition de l’enfant africain a été célébrée avec faste et solennité dans la région de l’Est. L’occasion a permis de mettre à nu les réalités quotidiennes des enfants en Afrique. Dans le contexte actuel, l’enfant est partagé entre sa prise en charge lui-même, sa survie quotidienne, son éducation et son épanouissement. « Dans plusieurs familles, les enfants sont des outils de production financière, ils sont généralement utilisés dans le petit commercepour produire de l’argent qui va servir à toute la famille », indique Marie Solange Abena, une institutrice.

D’autres par contre, justifie le mauvais traitement dans lequel baignent les enfants au Cameroun comme étant la résultante de la misère, la pauvreté dans laquelle est plongée toute la société. « Tout ce que nous vivons dans l’encadrement de nos familles est causé par le manque de moyens pour l’entretien des enfants, voilà pourquoi les enfants eux-mêmes sont jetés sur la scène, afin de gagner de l’argent ». La célébration de cette journée a donné l’occasion aux enfants de la région du soleil levant de s’exprimer à travers les sketchs, poèmes, chorégraphies … tout ceci leur a permis de sortir un temps soit peu du joug de leurs réalités quotidiennes.

Les festivités étaient présidées du 16 juin dernier étaient présidées par le représentant du Gouverneur, Richard Nkoa zogo, conseiller aux affaires économiques dans ses services. La célébration de cette 32ème édition qui a eu lieu au centre d’accueil des mineurs de Bertoua a été célébrée sous le thème « élimination des pratiques néfastes sur les enfants : progression sur les politiques pratiques depuis 2013 ». La journée de l’enfant célèbre l’enfant africain, et elle vient mettre sur la sellette les conditions dans lesquelles évoluent les enfants en Afrique et permet de mener une réflexion afin d’éradiquer efficacement toutes les pratiques néfastes que subissent ces enfants et qui par conséquence nuisent à leur épanouissement optimal. « L’encadrement des enfants doit être une priorité pour toute la société voilà pourquoi l’Etat du Cameroun y met un accent et un intérêt prioritaire », a déclaré Richard Nkoa Zogu.

Charles Mahop / 237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page