Cameroun : Les conducteurs routiers en conclave à Ngaoundéré

camions stationnés

Lors de leur assemblée générale ordinaire tenue hier mercredi, ils se sont planchés sur les problèmes qui minent le secteur d’activité.

Ils sont venus du Tchad et du Congo pour se joindre à leurs camarades du Cameroun ce 15 décembre 2021. Il s’agit des membres de la fédération des syndicats congolais et du syndicat unifié des conducteurs de chauffeurs du Tchad. C’était à l’occasion de l’Assemblée générale ordinaire du syndicat national des conducteurs routiers du Cameroun (Sncrc). Les travaux présidés par le président du Sncrc, Bassirou Mohamadou, se sont déroulés à Ngaoundéré, à la salle des actes du Bois de Mardock. Pour le président, la rencontre de Ngaoundéré a pour objectif de faire le bilan des activités après deux ans d’existence. Un bilan positif en dépit des difficultés qui paralysent au quotidien l’activité des conducteurs. « Aujourd’hui, nous nous félicitons des dispositions prises par le gouvernement du Cameroun et les autorités des pays frères de l’Afrique centrale pour limiter les tracasseries routières dans les différents corridors. Des actions concrètes ont été posées sur le terrain car, les chauffeurs ne se plaignent plus comme par le passé. Toutefois, nous exhortons les gouvernements des différents Etats à œuvrer toujours en synergie pour que les conducteurs, qui sont de véritables moteurs des activités économiques, se sentent à l’aise », a confié Bassirou Mohamadou.

Et d’ajouter : « nous avons fait une évaluation à mi-chemin de nos activités pour un jeune syndicat qui n’a que deux ans d’existence. Nous avons évalué les différents problèmes que nous avons rencontré durant ces années et projeter nos programmes pour l’année avenir. L’année 2021 a été difficile dans l’ensemble pour nos activités. Nous avons eu à traverser les moments très difficiles pour nous les conducteurs avec la crise sanitaire du Covid 19. Par ailleurs, la crise sécuritaire en République centrafricaine a sérieusement impacté sur nos activités. Nous avons connu deux mois de cessation d’activités à cause de cette crise avec des centaines de camions ont été immobilisés à Garoua Boulai. Malgré cette crise, les conducteurs n’ont pas baissé les bras, ils ont affronté la situation lors de la période d’accalmie pour desservir la Centrafrique ».

Pour Mahamat Bichara, président du syndicat unifié des conducteurs de chauffeurs du Tchad, il faut raviver la synergie d’action qui existe entre les syndicats des conducteurs du Tchad et du Cameroun. « Le Cameroun est un pays frère. Nous remercions les autorités camerounaises pour tous les efforts fournis sur le corridor Douala-Ndjamena pour faciliter les activités des conducteurs. Nous allons continuer de travailler ensemble avec le Sncrc pour le bien-être de nos deux Etats, en dépit des difficultés ». Lors des travaux, le président national du Sncrc, Bassirou Mohamadou a saisi l’occasion pour sensibiliser ses pairs à plus de prudence et de responsabilité pour réduire le taux d’accidents qui endeuillent les familles sur les différents axes routiers.

Adolarc Lamissia / 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *