Cameroun: Les bons fruits de la lutte anti-tabac - 237online.com
Société

Cameroun: Les bons fruits de la lutte anti-tabac

« L e tabac tue », « Fumer tue », « Smoking kills », « Tabacco Kills » ce sont des informations qui seront désormais inscrites et de façon très lisible sur les paquets de cigarettes vendus au Cameroun.

Ces informations seront accompagnées d’une image illustrant l’avertissement général. Image qui va couvrir au moins 70 % de la surface de la face avant de l’unité de conditionnement et de tout l’emballage de l’extérieur. C’est ce que stipule la réglementation qui prend effet dès janvier 2019. Elle a pour objectif « d’amener les fumeurs à prendre conscience des risques sanitaires auxquels ils s’exposent lorsqu’ils consomment ces produits toxiques ».

Une avancée notable dans la lutte anti-tabac au Cameroun. Une avancée saluée par la coalition camerounaise contre le tabac(C3T) qui donnait une conférence de presse ce jeudi 22 novembre 2018 à Yaoundé. Dans son allocution de circonstance le communicateur du C3T a révélé des chiffres alarmants. Selon l’OMS, Le tabac tue au moins 7 millions de personnes chaque année dans le monde. 8 mille de ces décès sont imputables au tabagisme passif. Au Cameroun 8,9% de la population utilise des produits du tabac 13,9% d’hommes et 4,3% de femmes. Par ailleurs, il est démontré qu’à travers de multiples stratégies comme la publicité ; la promotion autour des écoles et le marketing, l’industrie de tabac cible systématiquement les enfants. En 2016, l’enquête Tobacco Industrie Accountability a permis de dénombrer 173 points de vente des produits du tabac et 44 publicités en faveur du tabac dans un rayon de 10mètres autour des 20 établissements scolaires ciblés par l’enquête. Les élèves peuvent acheter les produits du tabac dans les kiosques, les épiceries, les cafétérias et les autres points de vente mobiles.

A coté de ceci, s’ajoute la vente de la cigarette en détail qui rend ce produit toxique et mortel encore plus accessible par les jeunes. La consommation du tabac et des drogues est d’ailleurs devenue monnaie courante dans les lycées et collèges ces derniers jours, un phénomène qui fait courir les chefs d’établissements qui ne savent plus du tout à quel sain se vouer pour ramener les élèves à la raison.

Le marquage sanitaire graphique qui devra prendre effet dès janvier de l’année prochaine, est une mesure réglementaire qui répond aux exigences de la convention cadre de l’organisation mondiale de la santé pour la lutte anti-tabac, notamment l’article 11, que le Cameroun a ratifié en 2006. Malgré le caractère obligatoire de la réglementation, le C3T voudrait attirer l’attention de tous les acteurs sur la nécessité de faire aboutir le processus ainsi entamé. En effet, « les industries de tabac influencent généralement la mise en œuvre des législations et des réglementations au niveau des Etats », affirme prince Mpondo, le conférencier. Avec la forte agitation de l’industrie du tabac, observée ces derniers jours, il y a de quoi s’inquiéter. En tout cas, La coalition n’entend pas dormir sur ses lauriers, le combat continue.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer