Politique

Cameroun : le sous-préfet de Kumba III menace les chefs traditionnels

Epolewane Verklin ordonne à tous ceux absents de leur chefferie depuis quelque temps, à les rejoindre immédiatement et à participer à la célébration du 20 mai au Cameroun.

Le bras de fer se poursuit entre autorités administratives et autorités traditionnelles. Dans un communiqué, le sous-préfet de l’arrondissement de Kumba III (région du Sud-ouest) ordonne aux chefs traditionnels de son unité de commandement de rejoindre leur chefferie. Faute de quoi elle va demander à sa hiérarchie de prendre des mesures contre lesdits chefs.

Epolewane Verklin rappelle que déserter sa chefferie est considéré comme un « manque de patriotisme », qu’en leur qualité d’« auxiliaires de l’administration », ces chefs traditionnels doivent regagner leur chefferie afin de « participer activement à la célébration de la fête nationale le 20 mai 2019 ».

Lire aussi
Conseil Régionaux : le statut spécial des deux Régions anglophone entre en vigueur

Cette mise en garde intervient dans un contexte tendu entre les autorités traditionnelles de la région du Sud-ouest – secouée par la crise anglophone – et les autorités administratives.

Situation acrimonieuse née de la décision du gouverneur de la région du Sud-ouest de faire défiler les chefs traditionnels et leurs sujets le 20 mai.

Devant la fin de non-recevoir des concernés, la pression n’a cessé de s’accroitre. Le sous-préfet de l’arrondissement de Buea, ayant également demandé aux chefs de son unité administrative de se conformer aux instructions du gouverneur.

Afficher plus

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page