Cameroun : Le Prince Akere John a été intronisé comme nouveau Chef traditionnel de Mbei

Akere John

Il y a une ère nouvelle à Mbei village, arrondissement de Santa, département de la Mezam dans la région du Nord-Ouest suite à l’intronisation du prince John Akere, en tant que nouveau chef traditionnel de ce village.

Le prince John Akere, intronisé sous le nom de Fon Mokam Njei II, succède à son père, disparu le 3 janvier, après avoir servi son peuple pendant plus de 50 ans. ‘Le défunt chef traditionnel de Mbei, Fon Ngufor II, a régné pendant 57 ans. Il rejoint ses ancêtres à l’âge de 83 ans, tout en laissant derrière lui 102 enfants et plusieurs petits-enfants. C’était un leader sage et très engagé qui était prêt à tout sacrifier juste pour servir son peuple.

Fon Mokam Njei II a été présenté aux habitants du village de Mbei le 12 janvier, après avoir passé avec succès tous les rituels traditionnels requis. La cérémonie qui a attiré une grande foule a vu la présence impressionnante des autorités administratives ainsi que de l’éminente élite de l’arrondissement de Santa. S’exprimant lors de la cérémonie, le Prince Ayafor Edwin de la chefferie de Mbei a déclaré que la tradition exigeait qu’il présente le nouveau Chef au public, une semaine après la disparition du Chef régnant. « C’est une cérémonie très puissante dans l’histoire du peuple Mbei. Dans l’histoire du peuple Mbei, quand le Chef est porté disparu, il faut sept jours pour qu’un autre se fasse connaître. Ce nouveau Chef ne peut sortir du Nkuifon qu’après ce temps-là », a déclaré le prince Ayafor Edwin. Il a ajouté qu’une vingtaine de Nkuifons de la région du Nord-Ouest ont participé à la « recherche » du nouveau Chef. « C’est un événement très important pour nous, les Mbei, car nous avons pleuré, et après avoir cherché pendant une semaine, nous avons obtenu notre nouveau Chef. Nous demandons de la sagesse et des connaissances pour le nouveau Chef afin que l’unité puis régner dans notre communauté », a déclaré Ngu Ivo.

Selon la tradition et les coutumes du peuple Mbei, les princesses et les princes ont généralement un rôle clé dans le choix d’un nouveau Chef, considérant que ce seront eux qui lui donneront des conseils. Le nouveau Chef a été emmené au sanctuaire et des incantations et des rituels ont été faits sur lui. Les autorités traditionnelles ont dit quelques mots dans le dialecte, le couronnant ainsi comme le nouveau Chef, avant qu’il ne soit présenté à la population. Prenant la parole au cours de la cérémonie, Akum Emmanuel Achu, président du conseil traditionnel du village, a déclaré que les Mbei vivent sur leur terre depuis environ cent ans. Akum Emmanuel a déclaré à la presse que le conseil traditionnel, qu’il dirige, soutiendra le nouveau Chef dans tout ce qu’il entreprendra. « Il a nous a offert un hôpital, une école, des routes et de nombreux autres projets de développement alors qu’il n’était pas encore Chef. Donc, avec son arrivée au pouvoir, nous pensons qu’il va faire plus que cela », a déclaré Akum.
Étaient présents lors de la cérémonie, d’autres chefs traditionnels comme les Fons d’Awing, Babungo et bien d’autres qui sont également venus apporter leur soutien au nouveau chef traditionnel de Mbei. Les Chefs exhortent leur nouveau collègue à écouter surtout les siens et à s’occuper de leurs soucis afin de vivre longtemps.

Citant les lois qui organisent les chefs traditionnels et les chefferies, Jules Nkolo, Sous-préfet de l’arrondissement de Santa, a décrit Fon Mokom Njei II comme un chef bon et dynamique. Le Sous-préfet Jules Nkolo l’a également exhorté à travailler en collaboration avec l’administration, promettant son plein soutien au nouveau Chef. La cérémonie s’est terminée par un hommage au Chef disparu et une promesse de soutien au nouveau, alors que des groupes de danse dirigés par le conseil du village ont honoré l’événement de chants et de danses.

À propos de Fon Mokon Njei II

John Akere Shekarou, qui s’appelle désormais Fon Mokom Njei II, est né le 12 décembre 1971 à l’hôpital baptiste de Banso. Les rapports indiquent qu’il a été mis au monde au-dessus de la période normale de neuf mois. Sa naissance a été célébrée à la fois à Nso, le lieu de naissance et son village Mbei. C’était à cause des circonstances mystérieuses dans lesquelles il est venu au monde. Il est allé à l’école primaire à l’âge de neuf ans. En effet, son père avait rencontré de sérieuses difficultés avant sa naissance et ne voulait donc pas prendre le risque de l’envoyer dans une école à huit kilomètres de chez lui, notamment en traversant la route goudronnée pour se rendre dans un autre village. Heureusement, une école primaire catholique est créée cette année-là à Mbei, à environ trois kilomètres de chez moi. Le jeune Akere a commencé à exercer des activités commerciales alors qu’il était encore à l’école primaire. Beaucoup témoignent qu’ils ont toujours repéré John Akere avec une casserole de « kooky » sur la tête tous les matins en allant à l’école. Après l’école, il déménageait sur la place du marché pour vendre et aider sa mère. Il était toujours premier de la classe d’après le témoignage de ses enseignants. Il a terminé ses études primaires et a déménagé à Mbengwi où il a obtenu le Gce Ordinary et Advanced Level.

Akere a été admis au concours d’entrée à l’Ecole nationale des Postes et Télécommunications où il a suivi une formation de contrôleur des télécommunications. Il a travaillé au ministère des Postes et Télécommunications de 1977 à 1998 et a ensuite été envoyé en détachement à Cameroon Telecommunications, CAMTEL, où il a travaillé de 1998 à 2007. Il a démissionné pour créer son propre entreprise et a poursuivi ses études universitaires. En 2010, il obtient la Licence en droit et un Masers 1 en droit des affaires en 2011. Il poursuit sa carrière d’homme d’affaires avec plusieurs réalisations, faisant pression pour tant de projets pour son village et la communauté du Santa dans son ensemble. En 2020, il est retourné à l’école et a obtenu un MBA en gestion stratégique de l’Institut panafricain de développement en Afrique de l’Ouest.
Il est un grand opérateur économique avec tant d’entreprises et un philanthrope bien connu. Fon Mokom Njei est marié à deux femmes et père de quatre enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *