Cameroun : Le garde du corps et le chauffeur du sous-préfet de Bamenda 2 exécutés

Nicholas Nkongho

Un épilogue brutal vient entacher l’attaque et l’enlèvement du sous-préfet de Bamenda 2, il y a quelques jours au Cameroun anglophone. Alors que ce dernier a pu recouvrer la liberté depuis, le sort de deux de ses collaborateurs vient d’être tragiquement scellé. Décryptage.

C’est une sombre nouvelle qui est arrivée des régions sous tensions du Nord-Ouest Cameroun ce vendredi 10 février au matin. Le corps sans vie de deux personnes, un policier et un chauffeur, vient d’être retrouvé dans la localité de Nkum dans le département de Bui.

Les circonstances du drame

D’après les témoignages recueillis sur place, il s’agirait en fait de deux des accompagnateurs du sous-préfet de Bamenda 2, Philip Nji Tumasang, enlevé le 6 février dernier en zone anglophone par un commando armé.

Si ce dernier avait réussi à recouvrer la liberté depuis, ses collaborateurs auraient donc connu un terrible sort entre les mains des rebelles ambazoniens.

Deux supplétifs exécutés

Selon nos informations, c’est le garde du corps du sous-préfet, un membre des forces de l’ordre, et son chauffeur qui auraient été froidement abattus par leurs ravisseurs.

Leurs dépouilles ont été retrouvées ligotées dans un champ, portant les traces d’exécution sommaire. Un sort malheureusement fréquent pour ceux considérés comme des « supplétifs » de Yaoundé par les séparatistes.

Une libération entourée de zones d’ombre

Cette issue fatale pour ses collaborateurs vient aussi jeter une ombre sur la « libération » du sous-préfet lui-même après son enlèvement. Si ce dernier affirme avoir réussi à tromper la vigilance de ses ravisseurs, certaines sources locales évoquent le paiement d’une rançon par les autorités.

Une chose est sûre : cet épilogue dramatique témoigne de la violence toujours aussi extrême du conflit qui sévit dans les régions minoritaires du Cameroun depuis plus de 5 ans. Et ce malgré le black-out quasi total observé autour de cette affaire depuis une semaine côté officiel…

Par Félicien Eboa, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *