Société

Cameroun : le Cardinal Christian Tumi et les 11 enseignants enlevés à Kumbo sont libres

Hier après-midi à Kumbo et ses environs, tout s’est passé comme dans un film policier.

Une centaine d’hommes lourdement armés a pris d’assaut le quartier Quebessi, Baba 1 Babessi dans le département de Ngoketunjia, Région du Nord-Ouest. Avec une facilité inouïe et qui dépasse l’entendement du citoyen lambda, ils enlèvent le Cardinal Christian Tumi et le Fon de Nso, avant de se fondre dans la nature, sans être inquiétés par qui que ce soit.

Le raid de Baba et de Babessi était commandé par le ‘’général Chao-Mao’’ un ex-pasteur devenu chef de guerre. Selon un proche du prélat, les indépendantistes reprochent à ce dernier le fait d’avoir encouragé le retour des classes. Pour les sécessionnistes le retour à l’école après quatre ans d’hibernation sonne comme un échec. C’est pourquoi ils n’hésitent à remuer ciel et terre, pour qu’il n’y ait pas d’école dans le NOSO.

Lire aussi
Alternance, sécessionnisme, tribalisme, Eglise catholique.... Ce que pensait le cardinal Christian Tumi

Mais quelques heures plus tard, on apprendra avec un grand ouf de soulagement, que Son Eminence Christian Tumi, ainsi que le Fon de Nso, ont été libérés par leurs ravisseurs. Cerise sur le gâteau, la même source à savoir Mandela Center International, une Organisation non gouvernementale qui œuvre pour le droit de l’homme, fait savoir que les 11 enseignants de l’école primaire presbytérienne de Kumbo et de la section de jour du secondaire (PCHS Kumbo) située dans la ville de Kumbo, kidnappés le mardi 3 novembre 2020, à 8h57m, par un groupe d’hommes lourdement armés, non identifiés, viennent d’être libérés après le paiement d’une forte rançon.

Lire aussi
Cameroun : L'auteur de la diffusion de la dépouille du Cardinal TUMI interpellé

L’ONG Mandela Center International tout en condamnant énergiquement ces graves violations des droits de l’homme, rappelle qu’il est de la haute responsabilité du gouvernement camerounais, en vertu de ses engagements internationaux, de veiller à ce que les auteurs soient sévèrement punis et que ces actes ne se reproduisent plus jamais.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page