Société

Cameroun : La presse divisée au sujet de Samuel Wazizi

Depuis le 02 juin dernier, une actualité tient en haleine l’opinion camerounaise; la mort de Samuel Wazizi.

Le journaliste présentateur d’un programme célèbre en langue Pidjin au Sud Ouest a été interpellé en Août 2019 par les services de sécurité de la région pour complicité avec les Terroristes.

Remis à l’armée pour exploitation opérationnelle les sources militaires vont renseigner l’opinion que celui ci était logisticien de plusieurs groupes Terroristes dont la plus grande unité d’Élite Terroriste du Sud Ouest.

D’après les mêmes sources Wazizi souffrait au cours de son exploitation d’une Sepsis sévère qui a provoqué sa mort le 17 Août 2019.

Lire aussi
Affaire Jean pierre Amougou Belinga: Les chefs traditionnels Bassa Bati Mpo'o entrent dans la danse

L’autorité du SNJC ne partage pas cet avis et pense que leur confère a succombé à la torture et qu’il faille lancer une enquête pour dégager les responsabilités. Mais plusieurs médias de la place sont claires là dessus. Celui qu’on présente comme journaliste était un dangereux terroriste. Ces médias qui en nombre très important ont titré sur le sujet ce lundi apporte à leur lecteur un certain nombre d’analyse et d’éléments de réponse sur le sujet.

Si ce sujet divise le monde de la presse au Cameroun, il reste un sujet qui a déchaîné les passions au sein de l’opinion. Une partie trouve qu’on accorde beaucoup d’importance à un homme qui a participé à des assassinats en série au Sud Ouest et va même jusqu’à parler d’une indignation sélective. Adoubler l’assassinat de Florence Ayafor, Le professeur d’histoire Voundou et autres de milliers de civils et militaires mais indication de la mort des terroristes.
Une autre partie trouve qu’on tente d’expliquer les bavures de l’armée par la lutte contre le terrorisme.

Lire aussi
Cameroun: Le colonel Didier Badjeck a soutenu une thèse de doctorat ce jour

Dp Simon Metsengue

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page