Politique

Cameroun – Jean Marie Abouna ( maire Yaoundé 1er ) : « Notre souci c’est d’améliorer le quotidien de nos populations »

Trente mois après sa prise de fonction, il a complètement changé le visage de l’arrondissement de Yaoundé 1er.

Entre la construction des dalots, des points d’eau, des salles de classe et le reprofilage des routes, l’élu du peuple est sur tous les fronts. L’édile du 1er Arrondissement de la capitale politique du Cameroun décline dans cet entretien, les recettes de sa singulière réussite, de même qu’il lève un pan de voile sur les projets qu’il nourrit pour ses populations.

Signalons que Jean Marie ABOUNA est Maire de Yaoundé 1er, Membre titulaire du Comité Central du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais ( RDPC), parti au pouvoir au Cameroun, et Président de la Section Mfoundi 1 du parti politique dont Paul Biya est le Fondateur et le Président National.

À votre prise de fonction il y a un peu plus de deux ans, le climat n’était pas au beau fixe au sein de cette administration. Comment se porte la mairie d’arrondissement de Yaoundé 1er aujourd’hui ?

Je dirais que la mairie d’arrondissement de Yaoundé 1er se porte très bien. Du moins depuis un certain temps. Mais, il faut reconnaître que ça n’a pas du tout été facile. Nous avons dû vraiment cravacher pour remettre le bateau à flot. C’est le lieu pour moi de remercier les vaillantes populations de l’arrondissement de Yaoundé 1er, qui croient dur comme fer au programme de société de Son Excellence Paul Biya, qui est la boussole qui oriente nos actions quotidiennes. Je voudrais également exprimer ma gratitude à Monsieur le Ministre de la Décentralisation et du Développement local, ainsi qu’à tous nos partenaires au développement. Je n’oublie pas mes collègues du Conseil municipal, ainsi que le personnel de la mairie, qui retrouve progressivement la motivation à servir les populations.

Pour nous permettre de mesurer par nous-mêmes cette embellie, pouvez-vous nous brosser un tableau sommaire de la situation que vous avez trouvée au moment où vous entriez en fonction ?

Lorsque nous prenions les reines de la mairie il y a à peu près 30 mois, nous avons trouvé une situation pas du tout reluisante, pour dire le moins. Sans tout à fait être exhaustif, pour ce qui est de la ressource humaine, nous avons trouvé un personnel complètement démotivé. D’une part à cause de l’irrégularité des salaires, d’autre part à cause de la non – affiliation pour certains et le non-paiement de leurs cotisations sociales à la CNPS pour d’autres. Nous avons trouvé un personnel qui non seulement était pléthorique, mais aussi qui était très peu ou pas du tout qualifié.
En ce qui concerne les ressources financières, non seulement les caisses étaient-elles quasiment vides, mais nous avons trouvé une institution qui croulait sous le poids des dettes, notamment avec nos bailleurs de la Rue Ceper et du Parc Kyriakides. Je ne parlerai pas en ces lieux, des nombreuses factures restées impayées auprès de nos fournisseurs, sous-traitants et autres partenaires.

Depuis lors, nous avons, avec l’aide de nos collaborateurs et de tous nos partenaires, entrepris de remédier à tous ces problèmes dont nous avons hérité, avant de nous lancer dans l’exécution de notre plan d’action proprement dit. C’est ainsi que nous avons dû régler la totalité de nos créances auprès de nos bailleurs ; nous avons entrepris les travaux de finition d’équipement et même de réfection -excusez du peu- de l’immeuble siège ; nous avons procédé à l’apurement des arriérés de cotisations sociales et à l’affiliation de nouveaux personnels à la CNPS ; nous avons dû, en urgence, construire un bâtiment annexe pour abriter les bureaux de certains personnels qui n’en disposaient pas ; la liste est longue. Et en ce moment, nous sommes engagés sur un certain nombre de chantiers qui visent l’amélioration des conditions de vie de nos populations.

Après avoir donc dressé cet état des lieux, peut-on subodorer que vous vous êtes immédiatement mis au travail sans round d’observation?

Il me souvient que lors de notre installation, le Préfet du Mfoundi nous avait prévenu de ce qu’aucun état de grâce ne nous serait accordé. On aurait d’ailleurs cru que le préfet avait lu dans nos pensées, car nous n’avions nullement l’intention de nous accorder un round d’observation, pour emprunter au jargon de la boxe. Après notre prise de fonction, nous nous sommes donc immédiatement mis au travail, avec pour maître mots, l’amélioration dans de brefs délais, des conditions de vie des populations de l’arrondissement de Yaoundé 1er.
Depuis lors, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et les réalisations se comptent par centaines dans des domaines aussi variés que l’assainissement public, l’éducation, la santé, l’hydraulique, l’électrification et l’éclairage public, les routes, les infrastructures sportives, l’appui aux populations vulnérables et j’en passe.

Pouvez-vous nous citer quelques-unes de ces réalisations, notamment parmi les plus en vue ?

Pour ce qui est des projets financés sur fonds propres par la mairie ou grâce aux crédits transférés par diverses administrations, ils sont de divers ordres et sont, aussi bien structurels qu’infrastructurels.
Sur le plan structurel, nous avons dû revoir un certain nombre de choses et pratiques que nous avons trouvées ici, afin de mettre la mairie sur le cap que nous nous sommes fixé. Nous avons ainsi dû, à la lumière des textes réglementaires, notamment la Loi n°2019/024 du 24 décembre 2019 portant Code général de la décentralisation, revoir la structure organisationnelle de la mairie, de manière à définir clairement les règles de répartition de l’autorité, des tâches, de contrôle et de coordination des uns et des autres, de manière à disposer d’une structure claire. C’était la seule façon pour chaque personnel de la mairie de savoir où il/elle se situe dans la structure. Cette démarche nous a également permis de nous structurer en fonction de nos objectifs propres.

Lire aussi
Cameroun : Le maire de Yaoundé 1er en périple pour resserrer les liens des organes de base du Rdpc de sa circonscription

Sur le plan infrastructurel, sans toutefois être exhaustif, nous avons réalisé les projets suivants :

Construction/réhabilitation des routes et dalots :

En ce qui concerne les projets de voirie, nous avons entretenu au total 17 500 ml de routes, dont 5000 ml revêtues en enduit bicouche, 2500 ml en béton armé et 10 000 ml reprofilés. À cela, il faut ajouter la construction de 11 ouvrages de franchissement. Il s’agit notamment de :
-Travaux de revêtement en enduit bicouche du tronçon de route Hôpital Déo Gracial – Obal Yéyé et bretelles ;
-Aménagement du tronçon Carrefour Sorcier – rail et bretelles sur 2000 ml ;
-Travaux de réhabilitation du tronçon de route château d’eau Nyom – sortie Pétrolex Olembé ;
-Travaux de réhabilitation du tronçon de route en terre au lieu-dit Décente 6ème Etoudi avec bretelles sur un linéaire de 2000 ml
-Travaux de réhabilitation du tronçon de route en terre sur le tronçon agences Tongolo – Carrefour Sorcier sur une distance de 900 ml ;
-Travaux de réhabilitation du tronçon de route en terre au lieu-dit 6ème Etoudi sur une distance de 950 ml ;
-Travaux d’entretien d’un tronçon de route en terre au quartier Emana lieu-dit Tradex Emana (domicile d’Olanguena) ;
-Travaux d’entretien d’un tronçon de route en terre Total Yannick – carrefour socrciers lieu-dit Canon ;
-Travaux d’entretien d’un tronçon de route en terre au lieu-dit Décente Socrcier Deuxième entrée, sur une distance de 750 ml ;
-Travaux d’entretien d’un tronçon de route en terre sur 950 ml au lieu-dit Etoa Meki – Gare marchandise ;
-Travaux d’aménagement d’une route en terre sur un linéaire de 850 ml sur le tronçon Bilick City – Fokou Emana ;
-Travaux d’aménagement d’une route en terre sur 850 ml sur le tronçon carrefour Terre noire – Bilick City ;
-Travaux d’entretien d’un tronçon de route en terre sur 750 ml sur l’itinéraire 6ème Etoudi – Tong Ntem ;
-Travaux d’aménagement d’une route en terre en terre sur un linéaire 900 ml sur le tronçon À cœur Ouvert – Petit Stade au quartier Olembé ;
-Travaux d’aménagement d’une route en terre sur un linéaire de 1000 ml sur le tronçon Emana Dals – Okolo CNPS ;
-Travaux d’aménagement d’une route en terre en terre sur un linéaire 1500 ml sur le tronçon Carrefour Lycée au quartier Nkolondom ;
-Travaux de réhabilitation de certains tronçons de route en terre au lieu-dit décente Maer avec bretelles au quartier Etoudi sur une longueur totale de 2000 ml ;
-Travaux d’aménagement d’un tronçon de route en terre avec aménagement de 100 ml de caniveau au quartier Nkolmbong et construction d’un dalot de section 3×2 sur la rivière Nkouandi ;
-Travaux d’entretien d’un tronçon de route en terre au lieu-dit entrée Somarc Olembé sur un linéaire de 1000 ml avec construction de 300 ml de caniveau ;
-Travaux d’entretien du tronçon de route en terre Ndjonassi – Gracam sur un linéaire de 2000 ml avec construction de 300 ml de caniveau ;
-Travaux d’entretien d’un tronçon de route en terre au lieu-dit Kolmbong avec construction des ouvrages d’assainissement ;
-Travaux de reprofilage du tronçon de route carrefour IV – Lendom ;
-Travaux d’assainissement et d’aménagement en enduit tri couche du tronçon de route Déo Gracias – Obal Yéyé ;
-Travaux déménagement en béton armé d’épaisseur 20 cm d’une route de largeur 8 m sur une longueur totale de 2000 ml au quartier Olembé ;
-Travaux d’aménagement en enduit tri-couche de la décente Maer.
-Construction d’un dalot au quartier Olembé II, face à la station Pétrolex ;
-Reboisement et protection des talus sur le tronçon Emana – Olembé ;
-Réhabilitation de certains tronçons de route en terre descente Maer et bretelles sis à Etoudi, sur un linéaire de 2km ;

Ouvrages de franchissement

-Construction d’un dalot de section 2,5×3 au quartier Olembé II, lieu-dit face station Pétrolex ;
-Construction d’un dalot au quartier Tongolo, village Noah, entrée Edou ;
-Construction d’un dalot de section 2×2,5 au lieu-dit Ntong – Tem au quartier Etoudi ;
-Construction d’un dalot de section 2×2,5 au quartier Etoa Meki ;
-Construction d’un dalot de section 2,5×3 au lieu-dit Zoa Toupsi à Nyom ;
-Construction d’un dalot de section 3×2,5 avec 60 ml de caniveau au quartier Bilick sur la rivière Obal Yéyé ;
-Construction d’un dalot de section 2×2,5 avec 60 ml de caniveau au quartier Nkolondom sur la rivière … ;
-Construction d’un dalot de section 3×3,5 avec 60 ml de caniveau au quartier Emana sur la rivière Ako’o ;
-Construction d’un dalot de section 3×2,5 avec 60 ml de caniveau au quartier Nkolmbong sur la rivière Ebendi ;
-Construction d’un dalot de section 3×2,5 avec 60 ml de caniveau au quartier Nkolmbong sur la rivière Nkouandi ;

Eclairage public

L’éclairage public a été substantiellement renforcé, à travers la pose de plus de 2160 lampadaires LED dans certains points de la commune. il s’agit par exemple de :
-Eclairage de la route carrefour Messassi – carrefour Fouda – carrefour Wam
-Carrefour rivière Nsas, sur un linéaire de 4 km ;
-Installation des lampadaires sur le tronçon Emana- Buea – Okolo 4 ;
-Installation des lampadaires sur l’itinéraire Esseptoa – carrefour Zoatoupsi – carrefour Wam ;
-Installation des lampadaires sur les rues dans les quartiers Etoudi, Elig-Edzoa, Manguiers, Nkol-éton ;
-Eclairage public dans certaines rues suivant les tronçons carrefour Etoudi – rail Ngousso ;
-Signalisation verticale dans certains quartiers de la commune.

Adduction d’eau

Au total 16 adductions d’eau ont été construites et trois réhabilités au sein de la commune, notamment :
-Construction d’une mini adduction d’eau potable à Nkolondom ;
-Construction d’un forage équipé de PMH au quartier Abattoir (lieu-dit Berlin) ;
-Construction d’un forage équipé de PMH au quartier abattoir au lieu-dit Berlin ;
-Construction d’un forage équipé de PMH à Olembé II (chefferie bloc B) ;
-Construction d’un forage équipé de PMH au quartier Tsinga Village ;
-Construction d’un forage équipé de superstructures métalliques avec réservoirs de 5M3 alimenté à l’énergie solaire au quartier Emana (derrière Tradex) ;
-Construction d’un forage équipé de superstructures métalliques avec réservoirs de 5M3 alimenté à l’énergie solaire au quartier Manguier ;
-Construction d’un forage équipé de superstructures métaliques avec réservoirs de 5M3 alimenté à l’énergie solaire au quartier … ;
-Construction d’un forage équipé de superstructures métaliques avec quatre réservoirs de 5M3 alimenté à l’énergie solaire au lieu-dit Lendom ;
-Construction d’un forage équipé de superstructures métaliques avec quatre réservoirs de 5M3 alimenté à l’énergie solaire au lieu-dit Nkolondom ;
-Construction d’un forage équipé de superstructures métaliques avec quatre réservoirs de 5M3 alimenté à l’énergie solaire au lieu-dit Esseptoa ;
-Construction d’un forage équipé de superstructures métaliques avec quatre réservoirs de 5M3 alimenté à l’énergie solaire au lieu-dit Lendom-Plateau ;
-Construction d’un forage équipé de superstructures métaliques avec quatre réservoirs de 5M3 alimenté à l’énergie solaire au lieu-dit Tsinga-village ;
-Construction d’un forage équipé de superstructures métaliques avec quatre réservoirs de 5M3 alimenté à l’énergie solaire au lieu-dit Camp Sic Olembé ;
-Construction d’un forage équipé de superstructures métaliques avec quatre réservoirs de 5M3 alimenté à l’énergie solaire au lieu-dit Nkol-Tsoungui ; ;
-Construction d’un forage équipé de superstructures métaliques avec quatre réservoirs de 5M3 alimenté à l’énergie solaire au lieu-dit Bilono Emana ;
-Réhabilitation de trois adductions d’eau potable en système de pompage solaire équipé d’une superstructure métallique avec quatre réservoirs de 5M3 alimenté à l’énergie solaire dans les quartiers Etoudi, Nlongkak et Nkolondom ;
-Réhabilitation d’une source naturelle au lieu-dit Ntem-Assi en une adduction d’eau potable équipée de superstructure métallique avec réservoir de 5M3 alimenté à l’énergie solaire.

Lire aussi
Cameroun : 4 plénières spéciales organisées à l'Assemblée nationale

Infrastructures scolaires et bâtiments divers

Pour ce qi est des infrastructures scolaires, au total six salles de classes ont été construites par nos soins et équipés en tables bancs et bureaux pour enseignants. Ajouté à cela, nous avons construit un bloc de six latrines et réhabilité deux écoles comme suit :
-Construction d’un bloc de deux salles de classe à l’école publique d’Olembé ;
-Réhabilitation de l’école publique don japonais d’Etoudi ;
-Construction de deux blocs de deux salles de classes à Nkolmbong ;
-Construction de deux blocs de six latrines à l’EP de Nkolmbong ;
-Equipement en tables bancs et bureaux de maîtres de quatre salles de classe à l’EP Nkolmbong ;
-Réhabilitation de l’EM de Nkolondom ;
-Construction d’un bureau pour la directrice de l’EM Nkolondom.
-Réhabilitation et aménagement de la maison des savoirs à Etoudi (en cours) ;
-Achèvement des travaux d’aménagement du bois commercial d’Etoudi nouveau centre administratif ;
-Réalisation de la phase II de la construction du cercle municipal ;
-Construction du marché moderne d’Esseptoa ;
-Construction de la phase I du marché moderne de Billick (suspendu)

Amélioration des conditions de travail du personnel communal

-Construction d’un bâtiment annexe comportant 10 bureaux, une salle d’archives et deux blocs toilettes pour les services de la mairie ;
-Acquisition d’un groupe électrogène pour le compte de la mairie de Yaoundé 1er ;
-Acquisition de deux pick-up pour les services de la mairie ;
-Achat de trois véhicules de service de marque Suzuki Super Carry pour la police municipale ;
-Achat de neuf tricycles, 18 débroussailleuses, deux tronçonneuses, quatre atomiseurs, deux thermo-nébuliseurs pour les activités d’hygiène et de salubrité ;
-Travaux de sécurisation et d’équipement de la recette municipale à ‘hôtel de ville ;
-Achat d’une remorqueuse pour la mairie
-Aménagement en enduit tri couche des parkings extérieurs de la mairie ;
-Réfection de la peinture des bureaux du personnel de la mairie ;
-Fourniture et pose des rideaux et stores sur les fenêtres des bureaux ;
-Construction des toilettes modernes pour les usgers à la mairie ;
-Achat du matériel informatique et fournitures de bureaux pour les services de la mairie.

Hygiène – salubrité et assainissement

-Construction de sept réceptacles afin d’améliorer la collecte des déchets ménagers ;
-Dragage de la rivière Tongolo sur 2 km ;
-Opérations de dragage du lit de la rivière Mfoundi ;
-Lutte contre les inondations au lieu-dit Fokou Etoudi par le curage du dalot de 15 m passant sous la route ;
-Balayage des rues par l’unité mobile de propreté par la commune ;
-Cantonage des rues par l’unité mobile de propreté par la commune ;
-Aménagement paysager du tronçon Bata – Nlongkak par plantation de 250 saules pleureurs;
-Plantation de 100 arbres fruitiers (orangers, mandariniers, corossoliers) à Olembé, entrée présidentielle ;
-Mise sur pied d’un plan communal de riposte contre le Covid 19 et le choléra ;
-Création de 65 comités de quartiers ;
-Appui matériel aux comités de quartiers.

Infrastructures sociales

-Construction d’une tribune de 200 places assises au stade de Nkolondom ;
-Construction du Cercle municipal phases 1 et 2. Phase 3 en cours ;
-Equipement de certains centres de santé de la commune en matériel médical.

Appuis divers

-Appuis en appareillage aux populations vulnérables ;
-Fourniture du matériel didactique aux écoles primaires de l’arrondissement de Yaoundé 1er ;
-Remise du paquet minimum aux écoles de l’Arrondissement.

En ce qui concerne les projets financés par notre grand partenaire, le Fonds Spécial d’Equipement et d’Intervention Intercommunale (Feicom), quoique la majorité soit en cours de réexamen au sein de cette structure à cause des problèmes au niveau du détail quantitatif estimatif et des bordereaux prix unitaires, nous pouvons citer pêle-mêle : les travaux de construction d’un gymnase, d’une piscine assortis de voiries et réseaux divers ; les travaux de construction d’un hôtel municipal ; la construction d’un restaurant municipal, d’une salle des fêtes, ainsi que d’une plateforme multisport. Nous attendons également l’aboutissement du recrutement d’une maîtrise d’œuvre complète pour la réalisation de nombreux travaux qui viendront compléter ce riche tableau.
Et, je puis vous assurer que cette dynamique va crescendo. Pour preuve, nous avons également de nombreux projets dans le pipe ou en cours de réalisation, qu’il serait vraiment fastidieux d’énumérer ici.

Lire aussi
Cameroun - Conflit : Cavaye Yeguie Djibril suspend son SG Gaston Komba

À l’entame de votre mandat, vous vous êtes donnés pour principal défi de développer l’arrondissement. Trente mois après avoir pris cet engagement, avez-vous l’impression d’être sur la bonne voie ?

Le porc ne saurait se dire gras. Après avoir brossé un état des lieux de la mairie au moment où nous entrions en fonction, et donné un aperçu des réalisations obtenues par nos soins, de peur d’être juge et partie, je laisse le soin à tout un chacun de se faire une idée sur le chemin parcouru. La seule chose dont je suis sûr, c’est que les objectifs que nous nous sommes fixé à l’entame de notre mandat, sont en passe d’être dépassés, pour le bien-être des populations de notre arrondissement.

Vous avez récemment, dans le cadre d’une tournée, eu des causeries éducatives et interactives avec les populations de votre arrondissement. Quelles solutions avez-vous apportées jusqu’ici aux problèmes qu’ils vous ont posés ?

Nous avons en effet effectué, du 5 au 8 juillet 2022, une tournée de travail dans notre arrondissement, dont les limites territoriales épousent celles de la section Rdpc ( Rassemblement démocratique du peuple camerounais, NDLR) Mfoundi I, dont je suis par ailleurs le Président. Au cours de ce périple que nous avons effectué auprès des responsables des organes de base de notre unité politique, nous avons entretenu des causeries éducatives et interactives avec les membres des bureaux des sous-sections RDPC, OFRDPC et OJRDPC de notre ressort ; les présidentes et les présidents des Comités de base, tous organes confondus ; les Chefs traditionnels ; les présidentes et les présidents des Comités de développement ; les présidentes et les présidents des Comités d’hygiène et salubrité du ressort. Cette tournée nous a conforté dans les initiatives que nous avions déjà prises ou étions en voie de prendre en vue d’améliorer les conditions de vie de nos populations, avec l’avantage de pouvoir procéder à de légers ajustements, à la lumière des précisions obtenues sur le terrain. Globalement, nous avons été satisfait du déroulement de cette tournée dont les retombées sont visibles à travers les nombreux projets et réalisations dont je viens de vous parler, et qui sont une préoccupation majeure pour notre parti, le RDPC et son Président national, le Chef de l’Etat, Président de la République, S.E. Paul Biya.

Certains problèmes posés par les populations ne trouvent pas encore de solutions, pour diverses raisons . Que comptez-vous faire pour satisfaire malgré tout, ces populations ?

Il est vrai que malgré notre bonne volonté et même notre détermination à servir les populations dans le sens d’améliorer substantiellement leurs conditions de vie, nous sommes confrontés à certaines difficultés qui font à ce que les projets imaginés ne soient pas toujours tous mis en application, ou sont stoppés dans le cours de leur réalisation. Globalement, nous pouvons parler de cinq catégories de projets avec lesquels nous avons jusqu’ici eu maille à partir. Il s’agit par exemple de certains projets interrompus parce qu’ils sont en cours de réexamen au niveau de notre principal partenaire, le Fonds Spécial d’Equipement et d’Intervention Intercommunale (Feicom). Nous en avons d’autres qui ont connu des prolongations des délais en raison de la délocalisation des sites. D’autres encore ont été lancés, le marché attribué, mais pour une raison ou une autre, le prestataire sélectionné tarde à venir décharger son ordre de démarrage du service. Nous avons ensuite des projets qui tardent à être réalisés à cause de l’indisponibilité du site. Je vais citer le cas du projet de construction du marché moderne d’Esseptoa. C’est le lieu pour moi de lancer un vibrant appel à toute âme de bonne volonté qui pourrait nous trouver un lopin de terre, de bien vouloir prendre l’attache de nos services compétents à la mairie. Tout en précisant que nous sommes tout à fait disposé à payer le juste prix pour l’acquisition de cette parcelle. Nous avons enfin des projets suspendus pour des raisons diverses. C’est par exemple le cas de la phase 1 du chantier de construction du marché moderne de Billick. Tous ces projets non encore réalisés, ont pour conséquence de causer des retards dans l’exécution de notre plan d’action. Qu’à cela ne tienne, nous ne baissons pas les bras, et sommes résolument engagé et même déterminé à rechercher et à y apporter des solutions dans un délai raisonnable.

Source : Journal L’Action

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page