Société

Cameroun – Idées de vacances scolaires : L’art martial pour canaliser les enfants

Ces écoles se fixent pour objectif d’aider les parents à inculquer des valeurs morales aux enfants à travers des programmes spéciaux.

Vêtue d’un « dobook » (tenue d’entrainement) de couleur jaune assorti d’un « tir » (ceinture) blanche, Trishna se traine sur le « dojan » (espace d’entrainement). Agée d’à peine deux ans, la fillette prend part au cours de taekwondo avec ses frères. Trishna, débordante d’énergie, s’amuse à reproduire les mouvements de la journée. Sur l’espace d’entrainement le jeudi 21 juillet 2022, ils sont une vingtaine d’enfants âgés entre 3 et 16 ans. En duo, ils se soumettent à des exercices de cardio. Ensuite, les apprenants exécutent des mouvements de groupe.

Blue Solutions

Cinq jours sur sept, ils s’y retrouvent pour des séances de taekwondo au club Yako academy pour son programme spécial vacances. Ils ont choisi cet art martial pour s’épanouir pendant les vacances. Géneviève scrute les mouvements des apprenants. Elle est venue accompagnée ses nièces à l’entraînement. Leurs parents ont opté pour les cours de taekwondo. Selon ses dires, leur choix pour cet art martial nourrit le désir de trouver une solution à la turbulence des jumelles. Elle fait savoir qu’elle note des améliorations dans leur comportement deux semaines après le démarrage du programme. « Depuis que leur maman leur a inscrit à ces cours, elles sont plus calmes à la maison. Elles rentrent toutes fatiguées et n’ont qu’une envie se reposer et cela est bénéfique pour tout le monde », confie-t-elle.

Pour se défendre

Certains parents mettent à profit les vacances pour aider leurs enfants à mieux s’imposer face aux agressions dans les établissements scolaires. La petite Philomène âgée de 6 ans est très active pendant la séance. Elle est déterminée et exécute avec beaucoup de vivacité les mouvements. « J’aime faire le taekwondo. Il va m’aider à me défendre à l’école. Il y a des camarades qui me menacent, s’ils me provoquent encore, je vais les battre », déclare la fillette, toute joyeuse.

Pour le président du club Yako academy, Maître Rodrigue Rikam à Nyam, la pratique du taekwondo va au-delà de l’exécution des mouvements spectaculaires mais revêt une approche pédagogique. « Dès la remise des bulletins ce sont les parents qui nous mettaient la pression pour débuter le programme. L’objectif de ce programme spécial est de canaliser l’énergie des enfants. Dans notre club, nous leur inculquons des valeurs qui leur permettent ’être des enfants respectueux des valeurs civiques et morales, intègres, polis quand ils sont en dehors d’ici », explique l’instructeur.

Cet art martial est également ouvert aux enfants autistes et asthmatiques. Christophe souffre d’asthme. Le garçon de 9 ans, en classe du Cours moyen 1ère année (Cm1) s’épanouit pendant les cours de taekwondo malgré son handicap. Il y trouve même une solution à son infirmité. « Je suis ici pour plusieurs raisons mais la première est que le taekwondo m’aide à bien respirer. Je ne suis même pas venu avec mon ventoline aujourd’hui », répond-il souriant.

237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page