Cameroun – Grève : Des enseignants du supérieur en colère

Ils revendiquent le paiement des primes de recherche et les ajustements de changement de grade. Le malaise persiste dans les campus universitaires.

Les enseignants sont toujours en grève. Dans un communiqué signé le 26 novembre 2018, le secrétaire général du Syndicat national des enseignants du supérieur (Synes), Benjamin Ngounou Ngatcha, invite ses collègues à rester mobilisés et à maintenir la grève avec cessation de toutes les activités académiques à savoir : enseignements, travaux pratiques, travaux dirigés, évaluations, corrections entre autres, jusqu’au mercredi 28 novembre 2018 à 18 heures. Cette sortie vient ainsi clore le débat sur une levée du mot d’ordre de grève qui circulait. Malgré les échanges avec le ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo, les universitaires ne sont pas prêts à rejoindre les amphis tant que leurs revendications ne trouvent pas un avis favorable. Joint au téléphone, le secrétaire général du Synes appelle au paiement de la prime de la modernisation de la recherche.

Celle-ci permet aux enseignants de faire des recherches afin de dispenser des cours de qualité et à améliorer leur profil. La recherche permet aussi aux enseignants de produire car, leur évolution en grade en dépend. « Malgré les explications convaincantes du ministre de l’Enseignement supérieur sur les dossiers techniques, la troisième tranche de la prime de modernisation de la recherche ainsi que les ajustements de changement de grade du 1er trimestre 2018 ne sont toujours pas payés », peut-on lire dans le communiqué. Au-delà du paiement exigé de la prime, le Synes appelle aussi à la tenue d’un cadre de concertation matérialisé dans un arrêté. Il va permettre aux enseignants de se rencontrer régulièrement avec leur tutelle de manière à discuter des problèmes rencontrés sur le campus. Il faut également tenir des sessions qui permettront de valider les passages de grade, précise Benjamin Ngounou Ngatcha. Si ces revendications ne trouvent pas des avis favorables ce jour, le syndicat national des enseignants du supérieur prévoit mener d’autres actions. Pour le moment la stratégie est encore dans les tiroirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *