Cameroun : Eto’o et Brys, clash fracassant et avenir des Lions en suspens !

Samuel Brys

C’est un séisme sans précédent qui secoue le football camerounais. Après un échange d’une rare violence entre Samuel Eto’o, président de la Fecafoot, et Marc Brys, sélectionneur des Lions, l’incertitude plane sur l’avenir de l’équipe nationale. Révélations explosives sur les coulisses d’une crise qui pourrait coûter cher au Cameroun.

« Ne me touchez pas ! » Ces mots, prononcés sur un ton d’une virulence inouïe, resteront comme le point d’orgue d’une réunion surréaliste qui a viré au pugilat verbal entre deux hommes censés incarner l’unité et la sérénité du football camerounais. Comme l’a appris en exclusivité votre média 237online.com, la rencontre de ce mardi matin entre Samuel Eto’o, président de la Fédération Camerounaise de Football (Fecafoot), et Marc Brys, sélectionneur des Lions Indomptables, a tourné au règlement de comptes en bonne et due forme, jetant une ombre inquiétante sur l’avenir de l’équipe nationale.

Un face-à-face électrique et des invités surprise

Tout avait pourtant commencé dans un climat studieux et apaisé. Samuel Eto’o avait convoqué Marc Brys et le staff technique nommé par la Fecafoot pour une séance de travail classique, à quelques jours du début du rassemblement des Lions Indomptables. Mais c’était sans compter sur la présence surprise de Cyrille Tollo, l’envoyé spécial du ministre des Sports Narcisse Mouelle Kombi, et des adjoints de Brys alignés sur la ligne ministérielle. Une intrusion vécue comme une véritable provocation par Samuel Eto’o, qui n’a pas tardé à voir rouge.

« Ici, je suis le seul patron !« 

Dès les premiers instants, le ton est monté entre un Eto’o ulcéré et un Tollo inflexible. « Ici, vous n’avez pas la parole. Quand je viens au ministère, je vous respecte, ici je suis le seul patron !« , a tonné l’ancien capitaine des Lions, exigeant sans ménagement l’expulsion pure et simple de l’émissaire du Minsep. Une scène d’une intensité rare, aux frontières de l’affrontement physique, qui en dit long sur le climat délétère et les luttes d’influence qui gangrènent le football camerounais.

Eto’o à Brys : « Vous êtes entraîneur car je vous ai nommé !« 

Mais le pire restait à venir. Après avoir congédié sans ménagement la délégation ministérielle, Samuel Eto’o s’est retrouvé en tête-à-tête avec Marc Brys pour un échange sur un ton d’une âpreté inédite. Vexé que le technicien belge ait tenté de quitter la réunion pour rejoindre le camp adverse, l’ancien buteur a laissé exploser sa colère : « Vous êtes entraîneur car je vous ai nommé, ce n’est pas quelqu’un d’autre qui vous a nommé. […] Arrêtez un peu ce bordel ! Vous pensez que je peux faire ça en Belgique ?« , a-t-il lancé, ulcéré, revendiquant sa légitimité de président de Fédération.

Brys, entre ironie et défi

Face à ce tir de barrage, Marc Brys a choisi l’ironie, se permettant même de railler le bref passage d’Eto’o sur le banc d’entraîneur. Une insolence qui a achevé de faire sortir de ses gonds le président de la Fecafoot : « J’ai été un très très grand joueur ! », a martelé Eto’o, comme pour mieux asseoir son autorité. « Félicitations ! », a simplement rétorqué Brys avant de quitter la pièce, défiant jusqu’au bout son patron. Un bras d’honneur qui pourrait lui coûter cher…

Un avenir en pointillé pour Brys et les Lions

Car dans la foulée de ce clash d’anthologie, Samuel Eto’o a convoqué en urgence un Comité Exécutif de la Fecafoot. Objet de la réunion : démettre Marc Brys de ses fonctions de sélectionneur des Lions Indomptables. Si elle venait à être confirmée, cette éviction serait un véritable coup de tonnerre à seulement quelques jours d’échéances cruciales pour le Cameroun, avec notamment les éliminatoires de la Coupe du Monde 2026 face au Cap-Vert et à l’Angola.

D’autant qu’en coulisses, c’est la grande confusion qui semble régner. D’après nos informations, certains joueurs auraient même reçu des convocations contradictoires, l’une émanant de la Fecafoot, l’autre du Ministère des Sports… Un imbroglio qui pourrait coûter cher aux Lions Indomptables sur le terrain si une solution n’est pas rapidement trouvée au plus haut sommet de l’État.

Biya, dernier recours ?

Car seul Paul Biya, le chef de l’État camerounais, semble désormais en mesure de siffler la fin de la récréation et de remettre de l’ordre dans la maison football. Mais le temps presse et les dégâts sont peut-être déjà irrémédiables. En se déchirant de la sorte sur la place publique, Samuel Eto’o et Marc Brys ont envoyé un bien triste signal, celui d’un football camerounais plus que jamais tiraillé par les luttes de pouvoir et les querelles d’ego.

Une situation intenable et dommageable pour les Lions Indomptables qui, au lieu de se concentrer sur leurs prochaines échéances, se retrouvent au cœur d’un feuilleton extra-sportif qui n’en finit plus de les fragiliser. À quelques encablures de la Coupe d’Afrique des Nations 2024 en Côte d’Ivoire, il y a urgence à remettre de l’ordre dans la tanière. Sinon, c’est une délégation complètement morcelée et livrée à elle-même qui risque de débarquer sur les bords de la lagune Ebrié. Avec le fiasco en ligne de mire…

Par Stéphane Nkela pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *