CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
12592
Actifs
2179
Guéris
10100
Décès
313
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 29 juin 2020
Politique

Cameroun – espace Schengen: Joshua Osih interpelle Paul Biya

Les 26 pays membres de l’espace Schengen viennent de décider que les ressortissants de certains pays sont interdits d’entrer sur leur territoire.

Tout en mentionnant que tous les 15 jours, cette liste pourrait être actualisée. Le Cameroun figure parmi les non grata dans cet espace.
Au moment où le dé-confinement est progressif dans nombre de pays européens touchés par la Covid-19 du fait de la maîtrise de cette pandémie, au moment où plusieurs pays rouvrent leurs frontières pour permettre la circulation des biens et des personnes dans les deux sens, les pays de l’espace Schengen, 26 au total, sont encore dubitatifs, voire indécis. Et pour cause, les Européens ne parviennent toujours pas à s’accorder sur une liste de pays dont le niveau de contamination à la Covid-19 permettrait de considérer comme « sûrs », permettant à leurs résidents de venir en Europe à compter du 1er juillet 2020, selon des sources diplomatiques. Bien plus, vendredi 26 juin 2020, les ambassadeurs des pays de l’Union Européenne et de l’espace Schengen avaient proposé une liste d’une quinzaine d’Etats, qui exclut les Etats-Unis où l’épidémie semble hors de contrôle, et qui inclut la Chine sous condition.

Cette liste pourrait être actualisée tous les15 jours. Le Cameroun, si l’on s’en tient à cette liste, en fait partie. Ce qui signifie qu’aucun compatriote, même avec un visa ne peut, jusqu’à nouvel ordre, entrer dans un des pays de l’espace Schengen. Toutes choses qui ont fait sortir le député Joshua Osih, par ailleurs, premier vice-président du Social democratic front (Sdf). «C’est leur droit le plus absolu de s’isoler ou de discriminer les ressortissants des pays pouvant se rendre sur leur territoire au motif qu’ils risquent, d’après eux, d’apporter une nouvelle vague de contamination à la Covid-19». Poursuivant, l’élu de la nation et singulièrement du Wouri Centre estime qu’ «en vertu du principe sacro-saint de réciprocité, aucun ressortissant des pays de l’espace Schengen ne doit également être autorisé d’entrer au Cameroun durant cette période d’interdiction, quel que soit son statut diplomatique ou sanitaire».

Lire aussi
Joshua Osih: « Le contentieux postélectoral est une farce»

Donneur de leçons

Frappant sur le même clou, Joshua Osih se veut on ne peut plus clair : «nous ne pouvons pas être victimes d’un virus venant de l’espace Schengen et en payer le prix. Plus grave, ces pays se permettent de s’ériger en donneurs de leçons alors qu’ils auraient pu humblement se mettre en synergie avec nos différents acteurs locaux pour mieux gérer la crise de la Covid19, afin de sauver des vies dans l’espace Schengen et au Cameroun.

C’est inacceptable». Conclut-il non sans interpeler le président Paul Biya. «En tant que député de la nation, j’en appelle au président de la République de prendre ses responsabilités aux fins d’acter ou de faire acter le sacro-saint principe diplomatique de réciprocité vis-à-vis des pays de l’espace Schengen. Le président de la République doit de ce fait prendre ses responsabilités et imposer notre souveraineté». Souligne avec emphase l’élu Sdf.

Bon à savoir, la liste proposée contient quatorze pays (Algérie, Australie, Canada, Géorgie, Japon, Monténégro, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Serbie, Corée du Sud, Thaïlande, Tunisie, Uruguay) auxquels s’ajoute la Chine, sous condition de réciprocité, c’est-à-dire à condition qu’elle accueille sur son sol les voyageurs venant de l’Ue, selon une source diplomatique. Sont aussi admis les voyageurs d’Andorre, Monaco, du Vatican et Saint-Marin. Manifestement, cette liste ne comprend pas les Etats-Unis, pays le plus touché par la pandémie de coronavirus avec 125 255 décès pour 2 492 246 cas enregistrés samedi dernier. Pas plus que le Brésil ou la Russie et le Cameroun.

Lire aussi
Joshua Osih: « Le contentieux postélectoral est une farce»

Responsabilité

Si le contrôle des frontières reste une compétence de chaque État, l’Ue s’efforce de se coordonner le plus possible sur la question des voyageurs à autoriser sur son sol, en raison de la libre circulation qui reprend dans l’espace Schengen, avec la levée des restrictions décidées pour lutter contre le coronavirus. La proposition européenne fixe plusieurs critères épidémiologiques pour qu’un pays soit sur la liste des admis, notamment un taux de nouveaux cas de Covid-19 proche ou en-dessous de 16 pour 100 000 habitants (moyenne dans l’Ue) sur les 14 derniers jours. Mais également une tendance à la stabilité ou à la baisse des nouveaux cas, ainsi que les mesures mises en place par un pays pour lutter contre la pandémie, dont la pratique de tests. Ce sont ces critères objectifs qui éliminent le Cameroun, qui doit prendre ses responsabilités, au nom de la réciprocité, en fermant ses frontières aux 26 pays de l’espace Schengen. Paul Biya l’entendra-t-il de cette oreille ?

ALAIN NJIPOU

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer