Economie

Cameroun – Douane des téléphones : Paul Biya stop net le crime organisé contre le peuple

Par la note n° 492/CF/ SCPR du 19 octobre 2020, rendue publique, le Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République, fait connaître que le Président de la République, son Excellence Paul Biya, demande au premier ministre Chef du Gouvernement de faire surseoir la mise en œuvre de la collecte par voie numérique les droits de douane et taxes sur les téléphones et terminaux numériques.

D’autre part, cette même note du le Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh fait également savoir au Premier Ministre que le Chef de l’Etat demande de soumettre à sa haute sanction un mécanisme plus approprié de recouvrement desdits droits de douane et autre taxes.

En claire, le Président de la République vient de mettre un terme à la nouvelle trouvaille de collecte des droits de douane sur les téléphones portables, que le Ministre des Finances Louis Paul Motaze et le Ministre des postes et Télécommunications, ainsi que le Sieur Paul Zambo, avaient décidé sans scrupule et sans autre forme de procès d’imposer aux camerounais.

Lire aussi
Débrouillardise: Les sandales accrochent les jeunes filles

Cette mesure impopulaire prise à l’emporte-pièce a fait des remous au sein de la classe sociale camerounaise, et suscite des vives réactions des leaders politiques et d’opinion toutes chapelles confondues. Aujourd’hui cette décision du Chef de l’Etat qui demande aux plénipotentiaires de surseoir à la collecte électronique qui rendait d’avantage impopulaire le pouvoir central, prouve que à suffire que les collaborateurs avaient mis la charrue avant le bœuf.

Cependant, on pourra dire que tout est bien qui finit bien, dans la mesure où, au finish le cri du peuple est très vite remonté jusqu’au Président qui en retour a agi promptement pour stopper ce qui paraissait aux yeux de l’immense majorité des camerounais comme un crime organisé.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page