Cameroun : Deux lycéens tabassés pour homosexualité à Bangang Fokam

Bangang Fokam

Ils n’ont eu la vie sauve que grâce au chef du village qui les a exfiltrés pour remettre aux gendarmes.

Deux adolescents sont en garde-à-vue au poste de gendarmerie de Bangoua. Jules Picquard T. et Gilles Bernabé N. G. ont leur nom sur les listes des classes de 1ère C et de 1ère D du Lycée de Bangang Fokam, un établissement secondaire rural dans le Ndé. « En réalité, ils ne sont pas des élèves. Ce sont des homosexuels en progression et ayant la ferme intention d’étendre leur réseau », accusent les villageois. Ces enfants ont été arrêtés le mardi, 18 mai 2021 au lieudit centre du village, au cours de ce que tout le monde appelle « harcèlement à ciel ouvert du mari sur sa dame », en fait une scène houleuse de ménage entre les deux.

Celui qui, dans leurs ébats, joue habituellement le rôle féminin se plaignait ouvertement de s’être fait sodomiser plusieurs fois, sans contrepartie. Même la foule, ameutée par cette querelle hors du commun, n’a pas découragé les deux tourtereaux, qui ont continué à se chamailler. Sidérés, les villageois ont engagé une bastonnade pour lyncher ces pécheurs et stopper ce qu’ils considèrent comme la malchance sur le village. Coup de chance, le chef supérieur du groupement Bangang Fokam, venu sur les lieux, a privilégié la voie de la justice en les faisant conduire à la gendarmerie. Contre l’avis de ses sujets dont certains voulaient les lapider et qui ont brisé une vitre de son véhicule, à bord duquel les deux pestiférés ont été embarqués.

Entretemps, assure-t-on ici, l’exploitation de leurs téléphones androïdes a permis de découvrir qu’ils appartiennent à une dizaine de foras WhatsApp dont les membres seraient des personnes utilisant le sexe et la voie anale de façon inhabituelle. Ils étaient donc au village en mission de recrutement, soutiennent ceux qui ont failli les lyncher.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *