Cameroun: Construction du Stade omnisports de Garoua et d’un hôtel 4 étoiles par Mota Engil Africa – 237online.com
Economie

Cameroun: Construction du Stade omnisports de Garoua et d’un hôtel 4 étoiles par Mota Engil Africa

L’entreprise portugaise Mota Engil Africa a pris un engagement contractuel avec l’Etat du Cameroun le 11 août 2017 pour la construction et l’extension du stade Roumdé Adjia de Garoua d’une capacité de 20 000 places, comptant plus de 1 086 parkings, la construction du stade annexes d’une capacité de 1000 places couvertes et la construction d’un hôtel quatre étoiles de 70 chambres.

D’un bout à l’autre du stade, le gros œuvre est achevé à plus de 80 pour cent… Dans les allées, les travaux de finition ont déjà débuté par endroit… Des compartiments entiers sont suffisamment entamés notamment les toilettes, les réseaux câblés et autres tests de revêtement des murs…A la tribune présidentielle, la charpente est en cours de réalisation pour la pose de la toiture. Malgré les difficultés liées à notre contexte, l’entreprise portugaise compte bien respecter les délais de livraison.

Découpages séquentiels images et interviews

Séquence 1 : Des ouvriers, peaufinent les travaux préparatoires à la pose des 20 000 sièges sur chacune des tribunes du stade en attendant l’arrivée imminente des sièges…

Interview 1 Richard Mani, Technicien

Séquence 2 : Au ras du sol, les techniciens s’affairent à la réalisation des dernières étapes de l’ouvrage, comme ici sur le grand rectangle qui servira d’aires de jeu… Les semences de gazon y ont été plantés il ya quelques jours. Pour l’heure, les techniciens et jardiniers paysagistes veillent au grain… Son système d’arrosage automatique assure la régularité de la température…Les prémisses de la verdure du tapis, seront visibles d’ici la fin de ce mois de décembre, pour ensuite faire place en février à une pelouse prête à l’utilisation.

Interview 2 : Guilherme vieira, le responsable projet pour les aires de jeu du stade ….

Séquence 3 : L’entreprise portugaise Mota engil Africa fait face aux difficultés énormes liées au contexte local notamment des lourdeurs au niveau du dédouanement du matériel de chantier, le mauvais état des routes qui complique l’acheminement des équipements et matériaux. Pour ce qui est du gravier par exemple, le matériau est très souvent indisponible dans les carrières les plus proches comme celle de Figuil, situés à près de 2h de route des différents chantiers. Une indisponibilité du gravier qui a ralenti considérablement les travaux.

Interview 3 : Guy Roger Fosso, un des « chasseurs » de gravier

Interview 4 : Jorge Rocha, COUNTRY MANAGER Mota-Engil Cameroun

Séquence 4 : Pourtant malgré ces difficultés, la filiale Camerounaise du Groupe Portugais Mota-Engil a mis les bouchés double pour s’assurer de l’avancement effectif des chantiers à l’instar du futur Hôtel 4 étoiles dont elle a la charge de la construction au quartier plateau. Ici le bâtiment impose déjà de par son architecture originale…Le gros œuvre est presqu’achevé…75 pour cent de taux de réalisation… Un état d’avancement des travaux remarquable qui devrait définitivement clore la polémique autour de l’incident mineur du mois d’Août dernier amplifié sur les médias et les réseaux sociaux faisant état de l’effondrement de l’édifice…Même le Vice Président de le CAF avait relayé cette fausse rumeur

Interview 5 : Cédric Ndi, ingénieur de production

Séquence 5 : Pour contourner le problème de l’indisponibilité des graviers, sur les sites proches du chantier, l’entreprise est obligée d’aller plus loin dans le sud du pays à la recherche du précieux sésame… L’entreprise a fait savoir à qui peut, qu’elle n’a pas de fournisseur exclusif, mais que toute personne qui réussirait à livrer le graver serait la bienvenue . Un gros calvaire du fait de la dégradation du tronçon Ngaoundere-Garoua. Un véritable chemin de croix pour les automobilistes qui peuvent y passer une douzaine d’heure pour mois de 300 km.

Interview 6: chauffeur camion

Séquence 6 : Le responsable d’une carrière souligne la difficulté à obtenir les explosifs pour la production du gravier et la vétusté des équipements…Ce soucis est partagé par les responsables des carrières de Razel, Croisière BTP et Mouchouka les principaux producteurs d’agrégats dans la Région

Interview 7 : Francis Maissant, Responsable Carrières

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer