Politique

Cameroun : Cabral Libii « les procès-verbaux validés en totale contradiction avec les copies »

En réitérant sa victoire, le candidat du Parti UNIVERS a déposé un recours auprès du Conseil Constitutionnel en vue de l’annulation de l’élection du 7 octobre 2018 en raison de plusieurs griefs.

« Prémunir le peuple Camerounais de tout passage en force projeté par ELECAM au profit du candidat du RDPC, et ce, malgré que le peuple Camerounais dans son immense majorité, a porté son large choix sur les forces de l’opposition notamment sur ma candidature. »

voilà le projet que s’est donné le benjamin des aspirants à la présidentielle du 7 octobre en déposant un recours dans la nuit du 10 au 11 octobre Conseil Constitutionnel. Cabral Libii s’en est résolu « après consultation de la direction de ma campagne et de mes avocats ». Le dépôt de ce recours en annulation générale de l’élection présidentielle part d’un constat ; « Après avoir rassemblé et confronté les procès-verbaux que nous avons reçus de nos équipes de coordination dans les régions et de nos différents représentants dans les bureaux de vote, nous avons constaté que les procès-verbaux validés au niveau des différentes commissions départementales de recensement de votes et qui seront acheminés à la commission nationale de recensement des votes pour simple enregistrement, puis à la Cour Constitutionnelle pour leur proclamation, sont en totale contradiction avec les copies des procès-verbaux remis à nos équipes juste après le dépouillement public des votes qui a lieu à la fin des opérations de vote. ». Dans la mosaïque des griefs, ce candidat parle des manquements au cours du scrutin et de la fraude manifestée. « Le début d’exécution valant acte en droit camerounais, j’ai donc demandé à mes conseils d’obtenir l’annulation pure et simple de cette élection au motif qu’elle n’est ni libre, ni transparente encore moins crédible. ». Cabral précise que la procédure ne doit pas être vue « considérée comme une tacite renonciation à nos votes largement obtenus, mais plutôt comme une invalidation préventive de la victoire frauduleuse programmée du candidat du RDPC ; étant entendu que le code électoral camerounais n’autorise aucun recours après proclamation des résultats par la Cour Constitutionnelle. » ; il en appelle justement au sérieux et à la responsabilité de cette institution ; non sans prévenir de façon énigmatique que les camerounais « prendront aussi leurs responsabilités. ».

Outre le Candidat investi par le parti UNIVERS à l’élection présidentielle du 07 Octobre 2018 Maurice Kamto du MRC, Josuah Osih du SDF ont déposé chacun un recours pour les raisons similaires ; le Conseil Constitutionnel a sur sa table pas moins de 18 recours à examiner avant de se prononcer relativement à l’issue de la présidentielle du 7 octobre 2018.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer