Economie

Cameroun-Bauxite de N’gaoundal et Mimim-Martap : pourquoi Ernest NGWABOUBOU croit en CAMALCO

En lançant officiellement la dernière phase des recherches sur les sites bauxitiques de N’gaoundal, de Minim et de Martap, le Ministre des Mines, de l’Industrie et du développement technologiques se dit rassuré quant au sérieux de l’entreprise CAMALCO adjudicataire des permis de recherches.
Ernest NGWABOUBOU est optimiste pour ce qui est de la collaboration entre le Gouvernement camerounais et l’entreprise CAMALCO ; c’est qu’il tient de bons rapports relativement à cette filiale du groupe australien Canyon Ressources qui a obtenu les permis de recherches pour les gisements de bauxites de N’gaoundal, de Minim et de Martap. « Cette entreprise est déjà présente au Cameroun à travers la société Aucam dont elle détient 75% de parts , et de deux permis de recherche pour la bauxite de Birsock et Mandoum dans la région de l’Adamaoua… CAMALCO a des partenaires financiers et techniques possédant une expérience avérée dans le domaine minier, et dispose d’un panel d’experts et de cabinets internationaux de renommée établie. » Pour autant, le ministre des mines a rassuré les populations riveraines desdits projet en ce qui concerne la prise en compte de leurs aspirations durant les négociations de la convention minière y relative ; contenté , mais Ernest NGWABOUBOU ne manque pas de prescrire à CAMALCO « le respect méticuleux du cahier de charges… La nation toute entière , les populations riveraines vous attendent. » dit-t-il en assurant justement qu’ « une attention particulière devra être accordée à la prise en compte de la notion du contenu local tel que défini par le code minier, en vue de contribuer de manière durable au développement et à l’amélioration des conditions de vie des populations riveraines et des infrastructures sociales. » L’échec de CAMALCO, explique Ernest NGWABOUBOU, serait une entorse à la vision de Paul BIYA ; celle de faire du Cameroun un pays où le secteur minier est appelé à jouer un rôle cardinal.

Lire aussi
Pagne du 8 mars : La congestion au port de Douala à l'origine du déficit de production

Romulus Dorval KUESSIE, 237online.com

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer