Economie

Cameroun – Autoroute Yaoundé-Nsimalen: Mbwentchou prescrit l’accélération des travaux

En vue de rattraper les délais, le ministre de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu) a, au terme d’une visite interministériel de la section rase campagne le 04 février, demandé aux acteurs d’établir un tableau de bord.
«La non libération des emprises, la non disposition de l’entreprise China communications construction company Ltd (Cccc) d’un bureau d’études capables d’élaborer les documents d’exécution, le retard d’identification par l’entreprise d’une carrière de roche massive (Pk 2+400), le manque de personnel de l’entreprise et du matériel, le problème de recasement des populations, le retard de paiement des décomptes de l’entreprise et l’empiètement des réseaux des concessionnaires». Voilà, entre autres, des obstacles présentés par le chef de mission de contrôle et de surveillance des travaux, Mohamed Ayari du groupement Bet Studi International/Cenor/Ecta-Btp, qui freinent considérablement l’avancement des travaux du projet autoroutier Yaoundé-Nsimalen. 237online.com Démarrés le 02 mai 2014, pour une période d’exécution de 36 mois (soit 3 ans), les travaux de cet important projet n’ont connu jusqu’à qu’un taux avancement de 30%. À 14 mois pratiquement de l’échéance (mai 2017), Jean Claude Mbwentchou qu’accompagnaient ses homologues Abba Sadou, Jacqueline Koung à Bessikè et Louis Max Ayina Ohandja, respectivement des Marchés publics (Minmap), des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières (Mindcaf) et secrétaire d’État auprès du ministre des Travaux publics (Mintp) a, au terme de la visite du tronçon rase campagne (carrefour Nsimalen-carrefour Meyo-Ahala) long de 10,8 km, prescrit l’accélération des travaux.
Construire des œuvres qui résistent à l’usure du temps. À l’entreprise chinoise Cccc dont les engins s’activent sur le terrain (par le traitement des marécages, le concassage, le dessouchage, le remblai et compactage, la purge du mauvais sol, le dégagement des matières organiques…) et aux différents concessionnaires (Camtel, Camwater, Cde et Eneo), le Minhdu a, au cours de la séance de travail à la base vie projet au village Toutouli (arrondissement de Yaoundé IV), demandé de fournir encore beaucoup d’efforts et surtout d’«établir très rapidement un tableau de bord assorti des différents coûts». Dans le même sillage, après l’intervention des différents concessionnaires, des responsables des ministères concernés par ledit projet et des autorités administratives des trois départements concernés par le tracé de la route, le représentant du secrétaire général de la présidence de la République a recommandé «une franche collaboration aux acteurs, pour résoudre de manière efficace les problèmes qui se posent sur le terrain et surtout construire des œuvres qui résistent à l’usure du temps». 237online.com Pour leur concours remarquable à la bonne conduite du projet, les différents responsables des départements de la Mefou et Afamba, du Mfoundi et de la Mefou et Akono ont été félicités. Les prestations du Laboratoire national du génie civil (Labogenie), qui ont permis d’apporter des correctifs au niveau de la réalisation des ouvrages, ont été saluées par Jean Claude Mbwentchou, assisté par Marie Rose Dibong, secrétaire d’Etat auprès du Minhdu en charge de l’Habitat. Au cours de cette séance de travail, toutes les composantes du projet ont été passées au peigne fin. Mais, il faut attendre le 18 février pour savoir, au terme de la visite technique sous la conduite du Minmap, si les délais d’exécution des travaux (36 mois) seront respectés par le maître d’œuvre.

Lire aussi
Cameroun : La demande de l’huile de palme brute s’accentue

Pierre Amougou

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page