Politique

Cameroun – ART: La liste des nouveaux membres bloquée à Etoudi

Suspendue aux lèvres du Secrétariat général de la présidence de la République, les membres du Conseil d’administration sont contraints de subir cette situation qui créée la cacophonie au sein de l’Agence de régulation des télécommunications.

L’euphorie consécutive au décret signé le 3 décembre dernier par le président de la République pour réorganiser le fonctionnement de l’Art n’a duré que le temps d’un battement de cils. Les belles promesses placées en ce texte du Chef de l’Etat dans l’optique de mettre un terme à la guerre de leadership entre le conseil d’administration et la direction générale de l’entreprise, tardent à porter des fruits. Si dans ce document, il est attendu des deux organes jadis en conflit de l’abnégation au travail et au sens élevé de la collaboration, il y’a que dans les faits, l’arbitrage de Paul Biya qui a redistribué les cartes et remis de l’ordre dans cette entreprise présentée comme le gendarme en matière de télécommunications au
Cameroun, le réseau des canons de régulation reste encore légèrement brouillé.

C’est en tout cas l’image que renvoie l’ambiance qui règne au sein de cette institution depuis quelques jours. A preuve, c’est une session du conseil d’administration sous haute tension qui a eu lieu lundi dernier au siège de l’Art à Yaoundé. Selon des sources bien introduites, plusieurs membres du conseil ont été exclus de la rencontre sans motifs. Il en est ainsi de Kaldjob Simon, représentant des usagers et bénéficiaires des communications électroniques ; Ndikum Esther Sinny épouse Dongo et de deux autres administrateurs. Rappelons que le représentant des consommateurs a été interdit d’accès à la salle des travaux parce qu’il est « accusé d’avoir écrit une lettre à charge contre le directeur général de l’Art à l’intention de la Conac », a appris le Messager. Selon des sources concordantes, plusieurs personnes ayant pris part à ce conseil d’administration n’ont aucun acte juridique leur donnant la qualité de membre. Une réalité également dénoncée lors des dernières sessions des conseils d’administration de cette structure.

Lire aussi
USA/Cameroun: Maurice Kamto félicite Joe Biden

Consultations

Pourtant, en date du 25 juin 2019, le ministre des Postes et télécommunications, Libom Li Likeng, a adressé une lettre au directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications portant « mise à jour des conseils d’administration des établissements publics ». « Suite aux très hautes instructions du Chef de l’Etat, répercutées par le premier ministre, chef du gouvernement, relativement à l’objet sous rubrique, j’ai l’honneur de vous faire connaître qu’aux termes des consultations menées, les personnalités figurant dans le tableau ci-dessous ont été désignés membres du conseil d’administration de l’Agence de régulation des télécommunications », peut-on lire sur le document dont le Messager a obtenu copie. Dans ce tableau, on y retrouve 11 nouveaux membres désignés par le Minpostel. Il s’agit de Tekam Georges Jean, représentant des services du Premier ministre, Fuaye Kenji Mfuc, représentant du Minpostel, Noutumu Samuel Sylvain, représentant Mindef, Nkeng Joseph, représentant Minjustice, Kaba Aliguen Théodore Didier, représentant Mincom, Chintouo Chouebou, représentant Dgsn, Ndikum Esther Sinny épouse Dongo, représentant personnels de l’Art et Kaldjob Simon, représentant des usagers et bénéficiaires des communications électroniques.

Lire aussi
Massacre de Kumba: Le régime Biya au tribunal de l’Histoire

Règlements de compte

Le Minpostel avait informé le Dg de l’Art de ce que « cette liste est notifiée pour les besoins de fonctionnement du conseil d’administration en attendant la réaction des administrations dont la désignation des nouveaux représentants est attendue ( Présidence et Minfi) et la constatation ultime par le Chef de l’Etat conformément à la réglementation en vigueur ». Sauf que dans cette liste, plusieurs membres n’ont jamais été conviés
au conseil, tandis que d’autres y sont régulièrement. Comment comprendre cette politique de deux poids deux mesures ? Une source à la direction générale invoque le caractère illégal de la décision du ministre des Postes et télécommunications. « Le Dg ne peut pas appliquer la décision du ministre sans le visa préalable de la présidence de la République », martèle notre interlocuteur. Pour lui, le problème est le défaut de constatation de la composition des nouveaux membres par le Chef de l’Etat.

Selon nos informations au Minpostel, une lettre a été portée à la haute attention du Chef de l’Etat à cet effet depuis deux ans. Correspondance classée sans suite. Entre-temps, la cacophonie dicte sa loi, ouvrant le boulevard à des règlements de compte. Un climat délétère qui s’est renforcé ces derniers temps en raison de la mise à la porte des fonctionnaires mis à disposition de l’Agence depuis 30 ans malgré les instructions du Chef de l’Etat de les recruter définitivement. A suivre !

Marlyse SIBATCHEU

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page