Société

Cameroun – Alerte: Le choléra fait 32 décès à Kribi

Alors que le Cameroun assiste à une augmentation croissante du nombre de cas de la maladie à coronavirus (Covid-19), la ville de Kribi fait aussi face à une épidémie de choléra.

Ça se complique ! A l’heure où le Cameroun est déjà durement touché par la pandémie de coronavirus, la ville de Kribi fait face à un nouvel adversaire : le choléra. Causée par une bactérie présente dans les eaux sales dans des aliments contaminés, cette infection intestinale aiguë peut être mortelle. Le district de santé de Kribi qui compte à présent plus de 800 cas et 32 décès, dans la petite localité de Londji, à une quinzaine de kilomètres de la ville de Kribi. Pourtant, le traitement de cette maladie est simple et efficace. Médecins sans frontières(Msf) s’est installé à Kribi pour voler au secours des malades. Une ambulance médicale a été mise à la disposition de cette formation sanitaire pour transporter les cas signalés. A la prison de cette ville, des cas de choléra ont été enregistrés. Ce fut un jeune homme de 31ans qui manifestait les symptômes de la maladie. « Il avait une fatigué extrême ; il faisait de la diarrhée et il vomissait », explique un médecin. La confirmation s’est faite par l’unité de prise en charge dirigée par le chef district de santé. « Les examens de selles et de Tests de diagnostiques rapides (Tdr) ont confirmé que le malade avait le choléra, sur un plan C de déshydratation. Après notre descente sur les lieux, nous avons identifié trois autres cas », déclare Dr Ekedi Moukoko, Chef de district de santé de Kribi.

Les facteurs qui pourraient conduire à une propagation spectaculaire de cette maladie au sein de la prison principale de Kribi sont nombreux. Il s’agit entre autres de la surpopulation carcérale, la promiscuité qui règne à la prison principale de Kribi, et le non-respect des règles d’hygiènes.
Pour éviter la propagation de la maladie dans cette prison, le chef de district de santé de Kribi a décidé de vacciner tous les détenus. Mais plusieurs restent réticents à la vaccination. C’est pourquoi, les Comment se protéger face au choléra Souvent qualifié de « maladie de la pauvreté », le choléra est favorisé par une hygiène précaire, l’absence de traitement des eaux usées ou des regroupements de populations. Pour éviter cette maladie, des mesures d’hygiène élémentaire doivent être appliquées (lavage des mains, cuisson des aliments, hygiène des locaux). Un peu comme les mesures barrières du coronavirus.

Lire aussi
Cameroun: Le BIR soigne 550 malades

Selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms), « jusqu’à 80% des cas de choléra peuvent être traités avec succès au moyen de sels de réhydratation orale ». Mais elle précise aussi que les « patients gravement déshydratés nécessitent le traitement intraveineux. On doit également leur administrer
des antibiotiques adaptés pour raccourcir la durée de la diarrhée, diminuer les quantités de liquide de réhydratation nécessaires ». Certes, le vaccin est une nouvelle arme contre le choléra mais ce n’est pas la solution miracle. Son effet préventif est limité dans le temps. Toutefois, il peut être très efficace pour ralentir l’épidémie qui sévit actuellement à Kribi.

Lire aussi
Cameroun : Une femme recherchée retrouvée chez un charlatan

Sandra MABOU(Stg)

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page