Cameroun – Affaire Prosper Etoundi: La veuve désiste enfin

Malgré le retrait de Daniel Etoundi, le corps reste scellé à la morgue de l’hôpital général de Yaoundé, à cause de la contre-expertise demandée par les enfants du défunt.«[i]Est-il inconcevable que nous croyions en la justice et en l’homme ? Face à la douleur et aux questions, c’est l’espérance et l’amour qui nous portent. Notre père est mort, nous ne voulons pas être hantées par le doute[/i]», a déclaré les yeux larmoyants, Herna, l’une des filles de Antoine Prosper Etoundi Essomba Many, au sortir de la dernière audience tenue mardi 19 mai 2015. Malgré le désistement de Daniel Etoundi à travers une lettre présentée au juge, «la bataille» continue au tribunal d’Ekounou à Yaoundé. L’affaire qui avait été mise en délibéré depuis le mois dernier n’est toujours pas évacuée. Selon une source proche du dossier, le blocage viendrait de la contre-expertise demandée par Erna et Magguy Etoundi, les filles du défunt. «Elles n’ont jamais été notifiées ni des résultats de l’enquête préliminaire, ni même de la contre-expertise qu’elles ont demandé à la justice», explique notre source, un proche parent du défunt.
En effet, ce sont les circonstances de la mort d’Antoine Prosper Etoundi Essomba Many au mois d’avril dernier à Yaoundé, qui ont suscité la contre-expertise demandée par les deux sœurs. Notre source explique que, à la veille de sa mort, Antoine Prosper Etoundi Essomba Many, avait rendu une visite de courtoisie à une de ses sœurs, qui habite le quartier Elig-Essono à Yaoundé. Ils y ont passé une bonne partie de la soirée.A la fin de sa vite, l’hôtesse de Antoine Prosper Etoundi Essomba Many lui aurait même offert une bouteille de vin. Laquelle bouteille aurait été retrouvée intacte le lendemain à côté du corps inerte. Toujours selon notre source, Daniel Etoundi, l’épouse du défunt, aurait tenté de le joindre trois fois de suites (minuit ; 5h 30 et 10 heures) du matin. «[i]Elle a alors demandé à ses employés de Yaoundé de se rendre au domicile de son époux qui se trouve au quartier Bastos pour voir ce qui se passe, et c’est eux qui ont découvert le corps[/i]», explique notre source.
Sur une photographie que brandit notre source, on y voit Antoine Prosper Etoundi Essomba Many, pendu à une étoffe de couleur blanche qui est attachée à son cou. Il est dévêtu à moitié et son bras droit est resté cramponné à la rambarde des marches de l’escalier auquel il se trouve. Ses deux pieds sont toujours en contact avec le sol. Au vu de la photographie, des questions se posent au sein de la famille sur les circonstances de ce décès. Une plainte est déposée contre X, par les filles du défunt qui demandent une contre-expertise. Le corps qui se trouvait déjà à la morgue de l’hôpital général de Yaoundé est de nouveau scellé pour besoin d’enquêtes. Ce n’est peut-être pas d’aussi tôt que la dépouille d’Antoine Prosper Etoundi Essomba Many (Kiki) sera enterrée. L’affaire qui est en délibéré au tribunal de première instance au quartier Ekounou à Yaoundé, a été renvoyée à ce jeudi 21 mai 2015.

Jean Daniel Obama (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *