Cameroun – Accidents de circulation: Moins de morts en 2014

Accident camion

Les statistiques disponibles font état d’une diminution du nombre de victimes.
La sensibilisation est appelée à continuer.[pagebreak]La lutte contre l’insécurité routière a enregistré des points en 2014. Il y eu moins d’accidents de la circulation et de morts au cours de l’année qui s’achève. D’après les statistiques disponibles au ministère des Transports, l’on est passé de 3676 accidents de la circulation en 2010 à 951 entre janvier et juin 2014. Et de 1588 morts à 386 dans la même période. Alors que le bilan stagnait depuis plusieurs années.
Ces résultats sont le fruit des efforts de ce département ministériel et de ceux de la gendarmerie nationale. Car depuis 2011, les gendarmes ont gagné les grands axes routiers pour limiter le nombre de morts des suites d’accidents. Sous la bannière de l’opération, contrôle-surveillance répression, les hommes en tenue se tiennent en embuscade chaque week-end dans les tronçons réputés dangereux, pour dissuader les amoureux des sensations fortes au volant. Sur les axes Yaoundé-Douala ou Yaoundé-Bafoussam, rien n’échappe aux filets des gendarmes. Excès de vitesse, surcharges, conduite en état d’ivresse, non-port de ceinture de sécurité et bien d’autres infractions sont réprimées, contraventions à l’appui. Afin que des vies soient épargnées et que les routes camerounaises soient plus sûres.
Au-delà, le ministère des Transports n’est pas resté les bras croisés.
Sensibilisation, descentes sur le terrain, les équipes du Pr. Robert Nkili sont allées jusque dans les agences de voyage, pour appeler à plus de responsabilité.
Cependant, des accidents ont quand même été enregistrés, avec mort d’hommes. L’un des plus récents est survenu le 8 décembre dernier à Meiganga dans la région de l’Adamaoua, faisant 11 morts et de nombreux blessés. Preuve que le combat doit continuer.
Surtout la sensibilisation des conducteurs et des propriétaires de véhicules défectueux, semant la terreur au passage. Et d’autre part, proposent des observateurs, si l’on veut plus de résultats, notamment un changement effectif des comportements, il faut réprimer avec la dernière énergie et à tous les coups, tous les contrevenants. Et sur un autre plan, ils suggèrent aussi l’amélioration du réseau routier du pays.

Elise ZIEMINE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *