Economie

Cameroun – Abena Dolls : Des poupées aux couleurs locales

Par ces produits représentatifs de la femme noire, une structure camerounaise mène un combat pour l’authenticité.

Son objectif est tout avoué : œuvrer pour la revalorisation de la culture africaine à travers des poupées africaines. Des produits qui font office de moyens de sensibilisation contre l’acculturation de la petite fille africaine, femme de demain. Depuis trois ans, la Start-Up Abena Dolls propose à cet effet, des poupées africaines noires, albinos et métissées. Chiffrées en moyenne à 10 000 F l’unité, ces poupées pèsent un demi-kilo et sont accompagnées d’un kit bijoux et d’une autre coiffure, question d’apprendre à la jeune fille les bases de la coquetterie. Fruit de l’imagination et de l’énergie d’une équipe de douze jeunes,l’entreprise créée par Marie Abena, promotrice culturelle donne l’assaut à bien des maux.

« Je veux que chaque petite fille africaine puisse recevoir une poupée qui lui ressemble. Un accent est mis sur la sensibilisation contre les conséquences sociales liées à l’acculturation, notamment le blanchiment de la peau et ses conséquences néfastes sur la santé (cancer de la peau, diabète, l’insuffisance rénale); le défrisage agressif des cheveux pouvant entraîner la perte définitive de ceux-ci ; le culte de la maigreur. Il faut craindre également des troubles du comportement chez la jeune fille, en rapport avec des pratiques d’amincissement à risques pour la santé et sur la vie sociale (indécence vestimentaire) », précise Marie Abena.

Lire aussi
Électricité: Un 5ème opérateur voit le jour au Cameroun

Jusqu’ici, le concept s’épanouit progressivement entre le Gabon, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Congo Brazzaville, le Congo Kinshasa, le Ghana, la Belgique, les Pays-Bas, les Etats-Unis, la Suisse, le Canada… Une vulgarisation bien loin de ces périodes où la promotrice entendait ses œuvres taxées de «poupées sorcières ». « Aujourd’hui, je me suis attaquée à la conscience de mes détracteurs et les mêmes reviennent me féliciter, car ils ont compris ce que je voulais apporter au monde », glisse Marie Abena.

Au-delà de ces créations ludiques, taillées dans du Ndop et du Toghu, la structure propose des vêtements africains. Le rêve de la jeune entrepreneure est simple : « Que chaque petite fille africaine reçoive une poupée qui pourrait la rendre fière de ses origines. » En attendant, c’est à la jeunesse que s’adresse le message de la jeune propriétaire d’Abena Dolls : «Ne vous découragez pas ! Vous avez quelque chose en vous que le monde a besoin de voir briller ! »

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page