Société

Cameroun : 5170 candidats frappent aux portes du Bir dans l’Extrême-Nord

Le recrutement dans ce corps d’élite de l’armée a commencé mardi.

Le métier des armes est décidément une passion pour des milliers des jeunes originaires de la région de l’Extrême-Nord. Et chaque recrutement le nombre des candidats est en augmentation. Cette année, ils sont 5170 candidats qui frappent aux portes du Bataillon d’intervention rapide (Bir), contre 4800 candidats enregistrés lors du dernier concours. Les opérations de recrutement dans ce corps d’élite de l’armée camerounaise ont débuté, en ce qui concerne la région de l’Extrême-Nord, ce mardi, 09 février 2021. Alignés, assis à même le sol, certains, têtes baissées, les candidats sont regroupés à l’esplanade de la base Bir de Salak, située à une dizaine de kilomètres de la ville de Maroua. Ils ont pris d’assaut cet espace tôt le matin à partir de 6h. Tous sont soumis aux contraintes disciplinaires du Bir.

Les opérations commencent par l’appel des candidats. Chacun se présente avec sa carte nationale d’identité et le reçu de payement des frais du concours. Après l’identification, les candidats reçoivent chacun, un bracelet qui l’autorise à passer aux étapes suivantes consacrées à la visite médicale sommaire. «La visite médicale sommaire consiste à détecter toutes les anomalies physiques pouvant empêcher aux futurs commandos d’effectuer valablement leur formation dans les centres d’instruction du Bir. La visite se déroule en quatre étapes divisées en quatre ateliers, acuité visuelle, acuité auditive, atelier de prise de tension artérielle et enfin, les candidats sont soumis à un examen physique chez les médecins qui représente le dernier atelier. C’est au bout de ces différents ateliers que les candidats qui ont subi les visites médicales, seront déclarés aptes ou inaptes», explique le commandant médecin Anoukaha Gervais.

Lire aussi
Cameroun - Au Tribunal : Les dessous de l’affaire Gulfin

Après la visite médicale sommaire, les candidats doivent passer avec succès plusieurs étapes pour espérer figurer sur la liste de 2200 recrues sur le plan national au terme des opérations. Il s’agit de course de 20 km avec une charge de 20 kg, une course de 10 km sans charge, une marche poteau sur une distance de 4 km et enfin, la visite médicale approfondie. La course de 20 km avec une charge de 20 kg et la marche poteau sur une distance de 4 km, sont les épreuves les plus redoutées par les candidats.

Selon le chef de bataillon Tsoungui Omam Richard, le chargé des opérations adjoint, à chaque étape du processus, des candidats seront éliminés. Quant au quota des recrues réservé à l’Extrême-Nord, cette source du Bir indique que cela relève de la discrétion du haut commandement. Les opérations du recrutement qui ont débuté ce 09 février vont s’achever samedi prochain, le 13 février. Au terme des opérations, la liste des candidats retenus sera connue. Au regard de leur nombre qui a connu cette année une augmentation, les candidats espèrent que le haut commandement prendra en compte cet engouement en augmentant le nombre des recrues. En tout cas, chacun des 5170 candidats croit en ses chances.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page