Société

Cameroun : 500 présélectionnés du BIR dans l’Adamaoua

Ils sont soumis depuis mardi, 16 février, divers tests qui permettront aux meilleurs candidats d’être retenus.

La cour extérieure du 5 e Bataillon d’intervention rapide (BIR) était noire de monde mardi dernier à Ngaoundéré. Une foule constituée essentiellement d’hommes dont l’âge varie entre 18 et 22 ans, venus prendre part au recrutement dans ce corps de l’armée camerounaise qui commencent par différents tests. Au total, ce sont 500 qui ont été présélectionnés sur les 1 800 candidatures qui ont été enregistrées. « J’ai toujours aimé travailler dans l’armée. L’amour et la défense de la patrie sont pour moi une obsession. Cette passion m’anime depuis mon enfance et j’aimerais la mettre au service de la nation » lâche un candidat.

Sur le site du recrutement, des tentes sont dressées en fonction des ateliers pour accueillir les postulants. Ceci en fonction des différentes étapes dont la première consiste en l’identification des candidats à savoir la vérification de la CNI, du récépissé de dépôt du dossier et du reçu de payement des frais de dépôt de dossier. « Ceci nous permet de nous rassurer sur la personne du candidat. Il est question de voir si la photo de la CNI correspond à l’homme qui est en face de nous », explique-t-on ici. Une fois cette étape franchie, un bracelet est remis au candidat pour avoir accès aux visites médicales sommaires. Celles-ci consistent en la vérification des acuités visuelle et auditive, la prise des paramètres de tension de chaque candidat.

Lire aussi
Cameroun : Une femme enceinte assassinée à Mbouda à cause d’une gorgée de bière

Après cela, ils sont conduits tour à tour chez un médecin pour les examens préliminaires physiques qui permettront de déceler certaines pathologies (carie dentaire, tatouage, hernie et hémorroïde). Lorsque les résultats sont négatifs et validés, s’ouvre la deuxième phase au cours de laquelle, le postulant portera un sac de 20 kg pour parcourir 20 km. A la fin du parcours, un maillot est remis à tour de rôle à chaque candidat en fonction de l’arrivée jusqu’à épuisement du stock disponible. Il faut relever que seuls ceux qui auront reçu des maillots prendront part à la course de 10 km sans charge. « La transparence, l’équité et la sécurité sont les trois piliers qui guident ce processus. Il n’y a pas de favoritisme », rassure le chef de Bataillon Marc Tete.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page