Cameroun: 1600 km conduits d’eau à remplacer à Yaoundé

La qualité de ce liquide a été soulevée au cours de la célébration de la 26e Journée mondiale de l’eau le 22 mars dernier.

«L’eau c’est la vie ». « La Cameroon Water Utilities Corporation (Camwater) ne laissera personne de côté ». Autant de slogans distillés par Camwater à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau célébrée le 22 mars dernier.

Si à Bafoussam les débats se sont achoppés sur les problèmes de la distribution de l’eau, à Yaoundé c’est plutôt la qualité de l’eau servie au consommateur qui a alimenté toutes les conversations. Ce d’autant plus que dans certains ménages l’eau du robinet a par moment la couleur jaunâtre.

D’aucuns l’estime impropre à la consommation. Alors qu’à la Camwater, on affirme le contraire. « L’eau distribuée par la Camwater est propre à la consommation puisque dans nos stations de traitement d’eau, nous analysons toutes les heures sa qualité », renseigne sous anonymat un cadre de la station de traitement d’eau de Yato.

D’après nos informations, cette station traite par jour 150 000 mètres cubes (m3) d’eau venant du fleuve Mungo et qui permet d’accroître l’offre en eau de la ville de Douala.

Dans la ville de Yaoundé par contre où la demande en eau potable est estimée entre 250 000m3/j à 300 000 m3/j, l’offre est déficitaire. Elle est de 185 000 m3/j dont 50 000 m3/j venant de la station de production d’eau de la Mefou à Nkolbisson. 100000 m3/j proviennent de l’ancien station de production d’eau potable et 35000 m3/j du complexe de production d’eau de Nkolnyada qui a trois filières de traitement d’eau bien différentes (filière classique, classique de flottation et d’ultra flottation ).

Même dans cette ville l’eau des robinets a aussi parfois la couleur jaunâtre.

Selon un expert en hydrologie, les tords sont partagés sur l’origine de cette couleur jaunâtre. «Les coupures d’électricité dans les centres de pompages engendrent avec le concours des intempéries et selon le type de conduit d’eau, le décrochage des biofilms et la formation de la corrosion», renseigne l’expert. Ainsi dès le retour de l’eau, apprend-on, ces déchets vont se retrouver au niveau du robinet.

La Camwater a aussi sa part de responsabilité puisqu’elle doit entretenir, dans les bas-fonds, les conduits d’évacuation. Il y a aussi l’Etat qui doit financer le projet de réhabilitation et de modernisation des installations de la Camwater. Rien que pour la ville de Yaoundé, il y a 1600 km d’anciens conduits d’eau à remplacer. Ces investissements doivent coûter à l’État plus de 1300 milliards Fcfa.

Enfin, il y’a la responsabilité des consommateurs qui doivent installer dans leur domicile le bon matériel. « Le mauvais matériel peut aussi influencer la couleur de l’eau », informe un releveur de la Camwater.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *