Afrique

Burkina Faso: les événements depuis le coup d’Etat

Voici un rappel des événements au Burkina Faso, théâtre d’un coup d’Etat militaire le 24 janvier:

– Incidents dans des manifestations –

Samedi 22 janvier, des incidents éclatent à Ouagadougou et dans d’autres villes du Burkina. Malgré l’interdiction des rassemblements, des manifestants protestent contre l’impuissance des autorités face à la violence jihadiste qui ravage le pays depuis 2015.

Parfois mêlées à des affrontements intercommunautaires, les violences jihadistes ont fait depuis six ans plus de 2.000 morts et contraint 1,5 million de personnes à fuir leur foyer.

– Tirs dans des casernes –

Le lendemain, des coups de feu retentissent dans plusieurs casernes.

Les mutins réclament le « remplacement » des chefs de l’armée, des « moyens adaptés » dans la lutte contre les groupes jihadistes, ainsi qu’une « meilleure prise en charge des blessés », selon un enregistrement sonore parvenu à l’AFP.

Leurs partisans incendient à Ouagadougou le siège du parti au pouvoir avant d’être dispersés.

Lire aussi
L’OCI condamne l'attaque armée contre les forces de sécurité au Burkina Faso

Dans la soirée, le président Marc Roch Christian Kaboré décrète un couvre-feu.

– Les militaires prennent le pouvoir –

Le 24, des militaires en uniforme annoncent à la télévision nationale avoir pris le pouvoir et chassé le président Kaboré.

Un communiqué du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, nouvel homme fort du pays, annonce la fermeture des frontières, la dissolution du gouvernement et la suspension de la Constitution. Il promet « un calendrier de retour à un ordre constitutionnel (..) dans un délai raisonnable ».

Des scènes de liesse éclatent dans les rues de Ouagadougou. « Vive l’armée », « Vous êtes des héros »: des centaines de personnes célèbrent les putschistes.

– Condamnations internationales –

La France, l’ONU et la Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao) condamnent le coup d’Etat le 25.

L’incertitude plane sur le sort de l’ex-président. Le président français Emmanuel Macron dit avoir reçu l’assurance « qu’il était en bonne santé et n’était pas menacé ».

Lire aussi
Burkina Faso: la Cédéao exige des autorités militaires du pays un calendrier électoral

– Kaboré aux mains de l’armée –

Le 26, un proche de M. Kaboré affirme que ce dernier est « aux mains de l’armée », « dans une villa présidentielle en résidence surveillée ».

Le lendemain, Paul-Henri Sandaogo Damiba demande l’aide de ses partenaires internationaux dont le Burkina a « plus que jamais besoin » selon le chef de la junte.

– Suspendu de la Cédéao et de l’UA –

Le 28, la Cédéao décide de suspendre le Burkina Faso et d’envoyer des délégations sur place pour évaluer la situation dans le pays, avant une réunion prévue le 3 février où seront étudiées d’éventuelles nouvelles sanctions.

Lundi 31, l’Union africaine (UA) annonce à son tour la suspension du Burkina Faso de toutes ses activités au sein de l’organisation continentale « jusqu’au rétablissement effectif de l’ordre constitutionnel dans le pays ».

– La Constitution rétablie –

Le même jour, la junte annonce rétablir la constitution du pays, tout en modifiant les institutions « en attendant la mise en place des organes de transition ». Elle ne précise pas la date prévue du retour à l’ordre constitutionnel.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page