Afrique

Burkina Faso: Comme au Mali, la Cédéao menace les militaires de sanctions

La Cédéao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) a demandé aux militaires du Burkina Faso de rester fidèles aux principes républicains.

« La Commission de la Cédéao demande aux militaires de demeurer dans une posture républicaine et de privilégier le dialogue avec les autorités ». C’est ce qui ressort d’un communiqué publié lundi sur le site internet de l’organisation régionale. « La Cédéao appelle au calme et marque sa solidarité avec le président Roch Marc Christian Kaboré, le gouvernement et le peuple du Burkina Faso. »

Lire aussi
Remittances Play a Defining Role in Binding Migrants to Their Families Back Home

Le document souligne que la Commission de la Cédéao suit avec une grande préoccupation la situation au Burkina Faso, caractérisée ce dimanche 23 janvier 2022 par des tirs dans certains camps militaires du pays.

Pour sa part, l’agence Reuters, citant ses propres sources, a indiqué lundi que le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré avait été arrêté et est actuellement détenu par des soldats mutins. De plus, un correspondant de RFI sur place a fait savoir que la situation restait incertaine à Ouagadougou. Il a également noté que les rebelles avaient formulé des exigences en six points, dont un remplacement total du commandement militaire, sans pour autant évoquer la démission du président de la République.

Lire aussi
Winning hearts, minds, and market share: four key focus areas for African retailers

237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page