Société

Astuce: Voici comment contourner la taxe téléphonique imposée au Cameroun

La Fondation Camerounaise des Consommateurs (FOCACO) dénonce une fois de plus cette nouvelle hausse de la pression fiscale avec pour effet immédiat la réduction du pouvoir d’achat des consommateurs au Cameroun.

En effet, les utilisateurs de téléphone mobile et tablette devront désormais payer 33% du prix sortie d’usine de leurs appareils à partir du 15 octobre 2020. Le procédé sera le suivant : chaque téléphone ou tablette qui sera connecté à un réseau de télécommunication camerounais (Camtel, Mtn, Orange et Nexttel) pour la première fois à partir du 15 octobre 2020, l’IMEI sera identifiée et un SMS sera envoyé à l’utilisateur lui indiquant le montant (33% de la valeur du téléphone sortie d’usine) à payer en cash ou en tranches. Une violation flagrante du Code des douanes CEMAC (Articles 23 et 134) qui précise comment déterminer la valeur transactionnelle des marchandises importées et qui interdit d’imputer les droits de douanes aux consommateurs mais plutôt aux importateurs.

Face à une telle taxe illégale, la FOCACO appelle à son BOYCOTT

Considérant le Décret PM n°2015/3759 du 3 septembre 2015 fixant les modalités d’identification des abonnés et des équipements terminaux des réseaux de communications électroniques (Article 4) qui autorise à chaque personne physique à détenir au maximum 3 cartes SIM par opérateur (soit 12 puces au maximum), la FOCACO conseille à tout futur acquéreur d’un nouveau téléphone ou tablette de ne pas y insérer sa carte Sim principale mais plutôt une seconde carte Sim qu’il n’utilisera que pour connecter le terminal pour la première fois au réseau de télécommunication camerounais. Compte tenu que cette seconde carte Sim ne sera jamais rechargée en crédit de communication, la plateforme ARINTECH mandatée par l’État du Cameroun ne pourra pas ainsi collecter la taxe téléphonique.

Lire aussi
Carnage de Kumba : René Sadi fait des révélations qui accablent l’établissement

A malin, malin et demi !
TROP D’IMPÔTS TUE L’IMPÔT : la croissance du taux d’imposition et la croissance des recettes de l’État s’inversent lorsque le taux marginal d’imposition totale devient trop élevé.
La Focaco exhorte une fois de plus l’Etat du Cameroun à réduire son train de vie et à supprimer plusieurs institutions budgétivores.

Fait à Douala, 12 Octobre 2020
(é) Alphonse AYISSI ABENA
Président exécutif FOCACO

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page