Next
Sport Pari 1xbet

Dschang: « Parfois, lorsque ça me fait mal, j'ai envie de mourir ». :: Cameroun :: Cameroon

Dschang: « Parfois, lorsque ça me fait mal, j'ai envie de mourir ». :: Cameroun :: Cameroon

Il a envie de mourir parce qu’il sent mal. Ngatsi Mbakou Bermoz Landry a déjà subi cinq opérations chirurgicales, pourtant il n’est pas encore soulagé de son mal. Il ne peut encore faire des selles par voie anale. « Je me nomme Ngatsi Mbakou Bermoz Landry. J’ai 11 ans. Je suis le fils de papa MBAKOU Jean Jules et de maman KENFACK Adeline. Nous habitons au quartier Ngui (Dschang-ville, ndlr), dans la maison de notre oncle. Depuis quatre ans je ne vais plus à l’école…».

Cet enfant qui nous parle est un « mort » qui rôde parmi les hommes. Défiant sa maladie et sa déception de ne plus avoir accès à l’école d’où il a été renvoyé en 2008 alors qu’il était inscrit au Cours élémentaire deuxième année à l’école catholique de Fokoué.
Le problème, c’est que Bermoz Landry ne peut pas faire des selles par voie anale. Pour cela les médecins lui ont apposé un anus artificiel sur le ventre. Une situation qu’il porte depuis plusieurs années déjà. A son jeune âge il a déjà subi cinq opérations chirurgicales qui se sont toutes soldées par un échec, d’où cette solution extrême adoptée par les médecins de BINGO (région de Bamenda).

« Parfois, lorsque ça me fait mal, j’ai envie de mourir. Je ne sais même pas ce que c’est que mourir. Mais un jour j’ai demandé à quelqu’un de

Sport Pari 1xbet
me dire comment se sent quelqu’un qui est mort et il m’a répondu que la personne cesse de vivre. Moi, je veux cesser de vivre. C’est très pénible de vivre dans mon état. Et j’ai davantage mal quand je vois d’autres enfants qui reviennent de l’école, ou quand ils jouent. Pour quoi devrais-je continuer de vivre si je ne peux pas moi aussi aller à l’école ou jouer avec mes amis. Ils me regardent à distance. Mais mon père et ma mère, ma grand-mère et mes oncles me disent qu’un jour on finira par trouver mon médecin. Aujourd'hui, Aubin a appelé à la maison pour qu’on vienne vous voir, et je me suis dit ‘voilà encore un autre médecin’. Ils m’ont dit que c’est plutôt quelqu’un qui veut me voir, me poser des questions et écrire dans son journal pour en faire part au monde. J’ai accepté et nous sommes venus à votre rencontre. Monsieur, pensez-vous que je vais pouvoir guérir de cette maladie? » Le jeune Bermos Landry vous parle sans répit. Il a envie de savoir…

Selon MBAKOU Jean Jules son géniteur joint au téléphone, il est actuellement élève-instituteur à l’ENIEG de Bafang, Bermos Landry est venu au monde avec un problème que les médecins rencontrés jusqu'ici n’ont pas encore pu résoudre. Il n’a jamais fait normalement des selles. Il fallait tous les jours le purger. Et comme il trainait un ventre ballonné, les médecins ont décidé d’une opération, puis d’une deuxième. Aujourd’hui on en est à cinq et ce n’est pas tout. A BINGO, on nous a dit que l’intestin est très rétréci à un niveau, raison pour laquelle il ne peut pas laisser passer les déchets. Puis, à l’hôpital général de Douala où nous sommes allés il y a quelques mois, les médecins ont plutôt parlé d’une anomalie de l’anus.

« Bermos Landry est le premier fils de mon frère aîné. Sa situation nous a rendus malheureux. Vous ne pouvez pas vous épanouir lorsque vous avez un malade sous la main et sans moyens pour le soigner. Ma mère, papa est décédé depuis très longtemps, a fini par vendre presque toutes les plantations pour sortir cet enfant de cette situation malheureusement ça ne vas pas encore. On nous a conseillé de l’amener à BINGO et nous nous sommes battus pour l’y conduire. La première opération a raté, et on nous a demandé de payer à nouveau. On a accepté et ils l’ont opéré pour une deuxième fois pour installer un anus artificiel. Lorsqu’on m’a dit que vous êtes journaliste, j’ai décidé de venir vous en parler, si vous pouvez nous aider », a témoigné TENEKEU Henri Aubain à notre reporter.

Le cas du jeune NGATSI MBAKOU Bermos Landry est pathétique. C’est un enfant qui a besoin de l’intervention des âmes de bonne volonté.

Contacts de la famille : 75 57 25 38 / 74 41 09 15/ 75 22 82 50 / 70 90 51 36





Source: SINOTABLES.COM

  • 3 commentaires pour cet article
  • djikeng leticia
    djikeng leticia

    votre emission me plait cmt ft pr s abonner la vie nous souvant des histoire desastreux

    Fermer
    Fermer
    Voulez-vous signaler ce commentaire de djikeng leticia aux administrateurs du site?
  • momo
    momo

    ouè la vie

    Fermer
    Fermer
    Voulez-vous signaler ce commentaire de momo aux administrateurs du site?
  • clovis tagne
    clovis tagne

    Votre journal me plaie comment fair pour s'abonner? Merci

    Fermer
    Fermer
    Voulez-vous signaler ce commentaire de clovis tagne aux administrateurs du site?

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires