Agro-Industrie: Les entreprises COMIL SA et SADISUC SARL vont investir 5 milliards de FCFA pour augmenter la production de sucre au Cameroun - 237online.com
Economie

Agro-Industrie: Les entreprises COMIL SA et SADISUC SARL vont investir 5 milliards de FCFA pour augmenter la production de sucre au Cameroun

Le gouvernement camerounais, à travers l’Agence de Promotion des Investissements, a signé le 21 juin 2019, deux conventions d’investissements avec ces deux entreprises.

La production de sucre connaitra bientôt une augmentation au Cameroun. En effet, les entreprises COMIL SA et SADISUC SARL ont décidé d’investir un montant de 5 milliards de FCFA pour booster la production sucrière du pays.

Dans les détails, «COMIL SA est porteur d’un projet d’un montant de 3,5 milliards de FCFA. Il permettra de mettre en place une unité de production de sucre employant 300 personnes. La société SADISUC SARL, quant à elle, projette un investissement de 1,5 milliards de FCFA. Son objectif est d’étendre son unité de production basée à Douala, la capitale économique camerounaise. Ce projet permettra de créer 95 emplois supplémentaires», précise le quotidien Le Jour dans son édition en kiosque ce vendredi 5 juillet 2019.

Les conventions d’investissements signées entre l’Agence de Promotion des Investissements (API) et COMIL SA et SADISUC SARL, permettront aux deux entreprises de «bénéficier des exonérations fiscalo-douanières sur les périodes de 5 à 10 ans, conformément à la loi 2013 révisée en 2017, relative aux incitations à l’investissement privé au Cameroun».

En ce qui concerne la production de sucre au Cameroun, le journal rappelle que «le Cameroun a importé du sucre pour une valeur globale de 64,4 milliards de FCFA, au cours de la période de 2015 à 2017, selon les statistiques du ministère du Commerce. Le marché local est détenu à 74% par le Français SOMDIAA, contre 26% des actifs pour l’Etat du Cameroun, la SOSUCAM revendique une production globale de 130 000 tonnes de sucre en 2017, contre une demande nationale estimée par les autorités publiques à 300 000 tonnes. Ce qui révèle un gap de 170 000 tonnes…».

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer