Marches interdites et saccages des ambassades: L’étau se resserre autour de Maurice Kamto et Cie - 237online.com
Politique

Marches interdites et saccages des ambassades: L’étau se resserre autour de Maurice Kamto et Cie

Après l’ouverture des auditions mercredi, 30 janvier 2019, alors qu’une rumeur laissait croire à leur libération, des charges ont été signifiées au président du Mrc et ses compagnons.

«Attroupement, rébellion en groupe, insurrection, hostilité contre la patrie, association de malfaiteurs, complicité, et trouble à l’ordre public», sont des faits pour lesquels le président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), Maurice Kamto, Albert Ndzongang, Christian Penda Ekoka, Paul Eric Kingue, entre autres, sont en garde à vue dans les locaux de la Police judiciaire (Pj) à Yaoundé depuis le mardi, 29 janvier 2019. D’après des sources proches du dossier, mercredi soir, les personnes interpellées étaient au nombre de 217. Cet effectif pourrait évoluer en raison de la mise en route des mécanismes de la coopération militaire avec la France, l’Allemagne, la Belgique et les Etats-Unis où des compatriotes se sont attaqués aux institutions camerounaises samedi, 26 janvier et mardi, 29.

Les auditions ont débuté mercredi par le président national du Mrc, en présence de ses conseils. C’est ainsi que le motif de sa garde à vue lui a été exprimé. Au cours de la journée d’hier, 31 janvier, les auditions se sont poursuivies à la direction de la Police judiciaire à Yaoundé dont la ruelle a été coupée à la circulation. Mais aussi au Groupement mobile d’intervention (Gmi) à l’intérieur de l’Ecole nationale de police (Enap), au Groupement spécial des opérations (Gso) et dans les locaux du commissariat central N o 1 à Yaoundé. Albert Ndzongang chez qui Maurice Kamto a été interpellé et le trésorier du Mrc, Alain Fogue ont été entendus en présence de leurs avocats.

Symboles de l’Etat

Les autorités accusent les dirigeants du Mrc, principaux organisateurs des manifestations qui ont abouti au saccage des représentations diplomatiques du Cameroun dans différents pays européens, d’en être les premiers responsables. Il s’agit, commente un officier de police judiciaire chargé du dossier, des actes de vandalisme contre les ambassades du Cameroun à Paris et Berlin, samedi dernier. Il leur est reproché d’avoir appelé à des manifestations interdites qui, après avoir bravé l’Etat, ont abouti à la destruction des symboles de l’Etat. Les auditions en cours s’inscrivent dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte. Alors que la garde à vue peut être prolongée jusqu’à ce vendredi soir, en fin de journée de mercredi, le procureur de la République a prorogé la garde à vue des manifestants interpellés depuis le samedi 26 janvier 2019.
Cependant que des voix autorisées, laissaient croire qu’on pourrait présenter l’ancien candidat à la présidentielle et ses compagnons au procureur de la République, dans la journée. Le vice-président du Mrc, Me Emmanuel Simh, signale en tout cas que la garde à vue ne peut être
prorogée que jusqu’à ce vendredi soir. Lui qui, par ailleurs, note que la mise en garde à vue n’a pas été formellement signifiée à son client. Le collège d’avocats qui assiste Maurice Kamto et Cie, a donné une conférence de presse mercredi soir. Me Sylvain Souop qui coordonne le collectif, a exposé que «contre leur avis, un grand nombre de personnes arrêtées, ont été auditionnées sans la présence de leurs avocats.

Le président Maurice Kamto a refusé de se soumettre à cet exercice sans la présence de ses avocats. Finalement, c’est à l’issue de beaucoup de tracasseries que nous l’avons assisté ce mercredi après-midi pour son audition en présence du directeur de la police judiciaire». Lui qui pense qu’à l’issue des interrogatoires, Maurice Kamto pourrait être libéré ou présenté à un juge et formellement inculpé. A ce propos, un avocat rencontré au voisinage de la Pj, mercredi soir qualifiait les charges portées à la connaissance de Maurice Kamto de «très lourdes».

Commenter avec facebook

Source
Marie Flore Nguimbous
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer