9 morts sur l'axe Garoua-Figuil

Collision dans la nuit de mercredi dernier entre un car de transport en commun et un camion d??une société brassicole. L??année scolaire a commencé, hier, avec un zeste d??amertume pour la communauté éducative du Mayo-Louti. Si le retour dans les écoles a eu lieu conformément aux directives des

responsables régionaux du Minesec et du Minedub, parents et enseignants de cette unité administrative avaient encore à l??esprit l??accident de la circulation qui a arraché la vie au directeur de l??école publique de Tra dans l??arrondissement de Mayo-Oulo. Gara Teodandi n??était donc pas à la levée des couleurs, hier, pour le démarrage de l??année scolaire. L??enseignant a trouvé la mort, comme 8 autres passagers sur les 10 qui avaient pris place à bord d??un car de transport commun immatriculé EN-5962-D, en provenance de Garoua. C??était dans la nuit de mercredi à jeudi dernier sur la route nationale N°1, au niveau du pont sur le Mayo Dakoumé à Ouro Djaoro Malloum, à quelques encablures de Figuil. Selon le délégué régional des Transports du Nord, Joseph Shadel, tout est parti d??une panne de camion autour de 18 h. Le gros porteur a ainsi occasionné l??obstruction de la moitié de la route. Pendant que le chauffeur s??affaire à chercher des renforts auprès des responsables de DTP-Terassement pour dégager son véhicule, un autre camion, appartenant à une société brassicole, vient s??immobiliser à quelques mètres de là, sur une pente douce. Le car de transport en provenance de Garoua viendra donc terminer sa course autour de 22 h, sous le camion de la société brassicole, garé juste derrière le gros porteur en panne. L??irréparable se produit alors. D??après le commandant de compagnie de gendarmerie du Mayo-Louti, le capitaine Abakaka Boukar, joint hier au téléphone, le préfet du Mayo Louti, Abdou Pacha, a immédiatement mis sur pied une cellule de crise pour porter secours aux accidentés. C??est ainsi qu??avec le concours des éléments de la Croix-Rouge, des corps ont été extraits de l??épave et conduits à la morgue. Le lendemain, des recherches ont été lancées en direction de Léré, au Tchad voisin, pour retrouver la famille de l??unique rescapée, une certaine Madina. Elle est actuellement internée à l??hôpital de Guider.
Armand ESSOGO, DIKWE FODAMBELE, Cameroon Tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *