Société

16 soldats tués, 8 blessés dans l’attaque de Boko Haram à Darak, dans l’Extrême-Nord (Officiel)

Beti Assomo Joseph, Ministre délégué du Cameroun à la Présidence de la République chargé de la Défense, a déclaré que 16 soldats des forces de défense ont été tués lorsque des combattants djihadistes appartenant au groupe Boko Haram ont attaqué Darak, une localité de l’Extrême-Nord, dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 juin 2019, lorsque 300 combattants fortement armés du groupe terroriste Boko Haram se sont rendus dans cette localité située dans le département du Logone et Chari.

La riposte des forces de défense camerounaises rattachées au secteur n°1 de la Force multinationale du bassin du lac Tchad a donné lieu à un échange d’armes féroce qui a duré plusieurs heures. Et après avoir pris le contrôle de la situation, le gouvernement présente le bilan de la bataille armée qui a duré une nuit. 16 soldat ont été abattus, tandis que huit autres ont été blessés, a indiqué le gouvernement dans un communiqué de presse.

Les courageux soldats blessés seraient dans un état stable et auraient été évacués vers des installations médicales militaires spécialisées pour y recevoir les soins appropriés. 8 civils ont été tués et 1 blessé. Le ministre de la Défense affirme que 64 combattants de Boko Haram ont été neutralisés (tués), huit ont été capturés et beaucoup d’autres blessés alors qu’ils s’enfuyaient, tandis que trois armes lourdes appartenant aux assaillants ont été détruites.

Le ministre délégué à la Présidence de la République chargé de la Défense a présenté aux familles des victimes les condoléances du chef de l’Etat, commandant en chef des forces armées ainsi que sa volonté de prompt rétablissement pour les blessés.

Le soulèvement de Boko Haram, qui dure depuis dix ans et vise à établir un État islamique dur dans le nord-est du Nigéria, a fait plus de 27 000 morts et 1,8 million de sans-abri et s’est étendu au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins. Une Force multinationale anti-Boko Haram combinant des soldats du Tchad, du Cameroun, du Niger et du Nigeria a été mise en place mais lutte toujours pour chasser le groupe de la région du lac Tchad.

La dernière attaque du groupe djihadiste étant de loin la plus sanglante de ces derniers mois, qui a connu une flambée de violence après une période de calme l’année dernière.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer