Washington s’interroge sur la légalité du déploiement des forces de l’OTSC au Kazakhstan

Jen Psaki

Les États-Unis ne savent pas si une demande des autorités kazakhes de déployer des forces de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dans le pays était légitime. C’est ce qu’a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, lors d’un point-presse régulier pour les journalistes, jeudi.

« Nous suivons de près les informations selon lesquelles l’Organisation du traité de sécurité collective a déployé sa force de maintien de la paix collective au Kazakhstan. Nous nous interrogeons sur la nature de cette demande [du Kazakhstan], sur le caractère légitime ou non de cette invitation. Nous ne le savons pas à ce stade », a déclaré M. Psaki.

Selon sa version, la communauté internationale sera attentive aux éventuelles violations des droits de l’homme dans la république. « Nous appelons la force de maintien de la paix de l’OTSC et les forces de l’ordre [du Kazakhstan] à se conformer aux obligations internationales en matière de droits de l’homme afin de soutenir une résolution pacifique », a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche.

Pour rappel, des contestations ont commencé le 2 janvier dans les villes de Janaozen et d’Aktaou dans la région de Manguistaou (sud-ouest du Kazakhstan) suite aux manifestations contre la hausse des prix du gaz naturel liquéfié. Deux jours après, des émeutes se sont propagés sur Almaty (sud-est) et d’autres villes du pays. Des affrontements avec la police on fait des morts et plus d’un millier de blessés dans les deux camps. Le président kazakh Kassym-Jomart Tokaïev a annoncé l’état d’urgence de deux semaines sur tout le territoire du pays et a demandé de l’aide à l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC). Des unités des forces de maintien de la paix ont déjà entamé des opérations au Kazakhstan.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *