Société

Vaccin de 339 908 camerounaises contre le cancer du col de l’utérus : des cobayes tout trouvé, pour l’expérimentation

Il est clairement établi que le vaccin contre le cancer de l’utérus que le Cameroun s’apprête à administrer aux écolières, loin d’être efficace est à l’origine de plusieurs cas de décès et d’invalidité à vie de nombreuses femmes dans le monde.

Dans une note qu’elle a signée le 30 juin 2020 au nom du ministre de l’enseignement de Base, Asheri Kiloh, Secrétaire d’Etat auprès dudit ministère, a appelé les délégués régionaux de l’éducation de base du pays à prendre des mesures pour faciliter la vaccination contre le cancer du col de l’utérus dans les écoles du pays. Pour cette première phase d’implémentation au Cameroun, un total de 339 908 jeunes filles a été recensé pour subir ce vaccin. Agées de 9 ans au moins et inscrites dans les établissements d’enseignements primaires des différentes régions du pays, elles recevront à partir du 23 septembre 2020, un sérum conçu pour les protéger du cancer du col de l’utérus.

Mais selon le Professeur Henri Joyeux, cancérologue chirurgien, qui a lancé en France une pétition contre ces vaccins, qui pourront être administrés aux jeunes filles camerounaises, il s’agit du Gardasil et Cervarix qui comportent des risques d’effets indésirables très graves.
le Professeur Guy Valencien, quant à lui rapporte qu’en France de nombreuse jeunes filles sont aujourd’hui invalide à vie parce qu’elles ont été vaccinées au Gardasil inutilement alors qu’elles ne faisaient pas partie des populations à risque.

Lire aussi
Médecine traditionnelle: Plus de 100 médicaments améliorés bientôt sur le marché

En Autriche, suite au décès d’une jeune femme vaccinée au Gardasil, un rapport a été publié démontrant que l’efficacité à long terme d’une telle vaccination serait « tout à fait négligeable. » La Ministre autrichienne de la santé, le Dr Andrea Kholmsk, a décidé de retirer les vaccins anti-HPC DU programme officiel.

L’Agence Européenne du Médicament (EMEA) a publié le 24 janvier 2008 le décès de femmes préalablement vaccinées par le Gardasil
Dès février 2007, la télévision américaine annonçait par des interviews de graves complications et présentait des victimes du Gardasil vivantes et des photos de jeunes femmes décédées. Le Japon a décidé pour sa part de ne plus recommander ce vaccin en 2013.
En France une plainte a été déposée par la jeune Océane Bourguigno et d’autres jeunes filles, contre Sanofi, fabricant du vaccin. Elles ont subi de gravissimes atteintes au cerveau et à la moelle épinière après avoir été vaccinées.

Lire aussi
Cameroun: 320 000 enfants infectés au Vih en 2019

Tous ces cas enregistrés dans le monde, qui sont loin d’être exhaustifs interpellent le Cameroun, qui s’aventure aveuglément dans cette campagne de vaccination que les autres pays du monde sont en train de rejeter en bloc.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page