UPF : liberté de la presse ou presse en liberté déontologique ?

Les 41ième assises de la presse francophone se déroulent à Yaoundé sous le thème : « Ethique et déontologie : entre liberté de la presse et responsabilité du journaliste. » Placé sous le haut patronage du Président de la République, la grande famille de l??espace francophone représentée par la presse francophone échange sur le devenir de la profession.
Au moment où les technologies de l??information et de la communication tendent à tout bouleverser, les journalistes de l??espace francophone sont appelés à avoir conscience des enjeux de l??information. Enjeux multiples qui ont souvent conduit à des dérapages déontologiques qui, non seulement loin de confondre

toute la profession, ont conduit les politiques à la mutiler.

A la question de savoir si internet change la donne ? M. Kone Ibrahim affirme que oui. Car la première obligation de la toile est celle de la vérité. Aujourd??hui plus que par le passé, pour avoir besoin d??une information sur n??importe quel domaine, le premier recours est celui de l??internet. Souvent cité à titre de preuve pour clore ou illustrer certains débats. L??information qui y est véhiculée fait sens, le débat qui y est proposé instruit et construit, puis elle doit apporter l??échange de savoir et le partage des connaissances. C??est donc une nouvelle presse qui « invente et préserve, innove et prolonge ». Toutefois, «la révolution des télécommunications a fait tomber de son piédestal le journalisme qui prétendait avoir le monopole de l??opinion. Il doit aujourd??hui plus que par le passé chercher, trouver, révéler, trier, hiérarchiser et transmettre les informations, les faits et les réalités utiles à la compréhension du monde, à la réflexion qu??elle suscite et à la discussion qu??elle appelle ». L??enjeu se trouve être à la fin la qualité du journaliste car il est préférable d??avoir des hommes de qualités même si les lois peuvent être bidon que d??avoir de bons textes de lois et des hommes médiocres. S??accordant en majorité sur le présidentialisme exacerbé qui ruine l??esprit démocratique, ou corrompt les libertés fondamentales, l??on insiste sur le fait qu??au jour d??aujourd??hui tout semble fait pour « démoraliser le journalisme ». A ceci s??ajoute la révolution des technologies de l??information et de la communication dont le point focal est internet.

La médiocrité observée est induite par les soucis de carrières et de satisfaction matérielle. Avec les conditions sociales qui ne sont pas toujours aisées, les peuples, les journalistes y compris, sont très proches du gombo, de l??argent de taxi??Un zeste d??audace, un sursaut d??orgueil, du courage c??est qu??il faut au journaliste d??aujourd??hui et de demain pour que le droit à l??information et la liberté de la presse soient mis en avant.

Eddy Patrick Donkeng, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *