Transport urbain Yaoundé : où va Le Bus ?

Alors que les employés de la société observaient un arrêt de travail hier, Gilbert Tsimi Evouna a réceptionné les bâtiments d??une nouvelle structure, dans la même enceinte. «L??Etat a décidé de rétrocéder la base Sotuc à la Communauté urbaine de Yaoundé. Donc je vous demande de reprendre votre travail car sous une forme ou sous une autre, le transport urbain à Yaoundé doit marcher. D??une façon ou d??une autre, la Société de transport urbain de Yaoundé verra le jour. J??ai déjà une direction générale construite, les arrêts sont là. Je suis prêt à parer à toute éventualité ». C??est par cette déclaration que Gilbert Tsimi Evouna, délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé, a mis fin à son bref passage hier au siège de la société Le Bus, au quartier Nlongkak. Une entreprise dont les employés avaient entamé une grève le matin même. Il s??adressait ainsi aux délégués

du personnel, après avoir réceptionné les bâtiments de la direction générale de la Société de transport urbain de Yaoundé qui, selon toute vraisemblance, devrait voir le jour incessamment. Une déclaration qui, si elle a semblé réjouir les travailleurs, qui avaient déjà repris le service, laisse certains perplexes et vient jeter un froid dans cette entreprise en proie à diverses difficultés. Quelques instants plus tôt, le directeur général de la société Le bus, Lal Karsanbhai, intimait l??ordre aux grévistes de reprendre le travail sous peine de licenciement. « Vous causez de l??agitation dans toute l??entreprise. Le travailleur qui veut entrer est libre. Mais celui qui ne veut pas sera définitivement hors de l??entreprise », a-t-il déclaré. Fermes sur leur position, les travailleurs n??ont pas réagi et ont essayé d??empêcher quelques chauffeurs de sortir les véhicules pour le ramassage des usagers qui souffraient déjà de l??absence des bus sur les différentes lignes. Heureusement, après quelques conciliabules, les engins ont pu prendre la route des différents points de ramassage de la capitale, alors que les délégués du personnel poursuivaient leur concertation avec Aoudou Dotel Moussa, directeur des transports terrestres au ministère des Transports et Marlyse Ebode, déléguée régionale du Travail et de la Sécurité sociale pour le Centre. De nombreuses récriminations sont à la base de ce mouvement d??humeur. « Les délégués du personnels élus ont été suspendus. Nous travaillons sans organigramme, encore moins un règlement intérieur. Nous ne sommes pas classés et les employés, qui travaillent sans couverture médicale sont licenciés sans façon », affirme François Fomekong, délégué du personnel. Mais l??administration dit n??être au courant d??aucune réclamation. « On n??a reçu aucune lettre annonçant la grève. Nous avons eu une réunion avec le ministre du Travail qui nous a donné les procédures à suivre. Nous étions encore en train de discuter sur ces procédures depuis presque une semaine lorsque nous avons été surpris par cette grève », affirme Lal Karsanbhai. Alors que les employés programmés hier avaient déjà regagné leurs postes respectifs, les réunions de crise se poursuivaient au siège de l??entreprise.
 

Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM

, CT
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *