Sénatoriales 2023 : une élection sans surprise pour la chambre haute du parlement camerounais

Sénatoriales 2023

Le scrutin des sénatoriales 2023 s’est déroulé dimanche 12 mars 2023 au Cameroun, mais il a été marqué par une absence de suspense.

Pour les observateurs, les statistiques et le profil des acteurs du processus ne laissaient pas de place à l’imprévu. Le scrutin était censé renouveler la portion du parlement la plus proche des préoccupations des Camerounais, mais de nombreux citoyens n’étaient même pas au courant du déroulement de ce vote. La sérénité observée dans les commissions locales de vote est due au fait que ses membres étaient quasiment choyés.

Après le dépouillement, aucun parti d’opposition ne revendique quoi que ce soit ni ne crie même à la fraude. Les apparatchiks du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) ont confirmé leur gourmandise politique en s’accaparant tous les strapontins mis en compétition. D’autres partis politiques, n’ayant même pas un potentiel électeur, voulaient pourtant aligner des listes, mais le RDPC a réalisé une razzia électorale partout. La bataille attendue dans l’Adamaoua n’a pas eu lieu. Ce sera donc le RDPC partout. Les cadres du parti au pouvoir ont même grappillé les maigres voix de discordance qui existaient encore dans la circonscription. La consigne venait directement du Secrétaire général du comité central, Jean Nkuete.

Du côté de l’opposition parlementaire, le vote massif des 59 conseillers municipaux de la Commune d’arrondissement de Bafoussam 1er au bénéfice du RDPC est récupéré pour disqualifier le bloc du « G27 » auquel appartient le maire Cyrille Ngnang, récemment exclu du parti. Cependant, des rumeurs de marchandages bruyants ont en effet circulé dans la Mifi, et les responsables de la campagne auprès de ces derniers ne désespéraient pas de faire du 100% au soir du vote. On attend de savoir à combien ils ont vendu leurs voix. Mais le vote positif obtenu ne prouve pas que le Sdf est mort dans cette circonscription et que le RDPC va aussi y régner comme à Bafoussam 2 et 3. Le réalignement idéologique de ces derniers étant suspendu à l’issue du procès objet de leur « auto-exclusion ».

Il reste maintenant la nomination des 30 sénateurs restants pour donner une autre coloration à la chambre haute. Mais déjà, certains chefs traditionnels du RDPC, qui ont été sciemment exclus (mis en réserve) du scrutin, ainsi que d’anciens hauts fonctionnaires tapis dans l’ombre, attendent leur cooptation pour subvenir à leurs dépenses de vieillesse. Ici encore, au moins une dizaine de partis apparentés à la majorité présidentielle (dont l’Undp, l’Andp, le Fsnc, l’Upc, le Paddec…) attendent la fumée blanche en vue du saupoudrage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *