Scandale au Cameroun: Ayang Luc, l’homme à 2 milliards FCFA de rêves pour sa résidence

Ayang Luc

C’est un tremblement de terre qui a secoué la toile camerounaise: Ayang Luc, Président du Conseil économique et social (Ces) du Cameroun, un octogénaire qui a passé près de quatre décennies à la tête de l’institution, est dans la tourmente. Il se trouve que le coût de la construction de la deuxième phase de sa résidence personnelle s’élève à un montant astronomique de 2 milliards FCFA, financé par l’argent du contribuable.

Le Conseil économique et social (Ces): une institution en question

Le Ces, peu connu des Camerounais, est une institution créée pour garantir une économie robuste et maintenir la paix sociale. Malheureusement, son impact sur le terrain reste pour le moins insignifiant, et ce, malgré les milliards FCFA qui lui sont alloués chaque année. Avec seulement trois membres actifs, dont le président Ayang Luc, cette institution semble plus fonctionner comme un club privé que comme un organe d’état.

Un contraste saisissant

Dans un pays où des mères sont enfermées dans des maternités pour non-paiement de frais médicaux dérisoires, où le manque d’hôpitaux, d’écoles, d’eau potable et de routes de qualité se fait cruellement ressentir, les dépenses extravagantes du président du Ces suscitent l’indignation. Comment justifier l’investissement de 44 milliards FCFA dans la construction du siège du Ces à Yaoundé, tout en étant témoin du quotidien difficile de la majorité des Camerounais?

Le peuple camerounais en attente de réponses

Les Camerounais, consternés par la situation, attendent des réponses. Ils souhaitent comprendre comment une telle utilisation des fonds publics peut être justifiée dans un contexte socio-économique aussi tendu. Plus que jamais, le peuple camerounais espère une transparence et une responsabilisation dans la gestion des fonds publics.

Le cas d’Ayang Luc rappelle à quel point il est crucial de veiller à ce que chaque franc CFA des contribuables soit utilisé à bon escient, dans l’intérêt du peuple. Pour plus d’informations sur cette affaire et d’autres actualités au Cameroun, visitez notre site web, 237online.com.

Olivier Ndjimbi, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *