Scandale à ELECAM : Le DG Éric Essousse accusé de complot contre la démocratie au Cameroun

Maurice Kamto

Le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto, vient de lancer un pavé dans la mare. Dans une déclaration fracassante publiée ce 30 avril 2024, il accuse le Directeur Général d’ELECAM, Éric Essousse, et les membres du Conseil électoral de « forfaiture électorale » et de « complot contre la paix au Cameroun ».

Un appel à la démission immédiate

Pour Maurice Kamto, il n’y a pas de doute : Éric Essousse et son équipe sont « en mission commandée contre le peuple camerounais« . Il exige donc leur démission immédiate ou leur révocation, afin de « préserver la paix » dans le pays. Un coup de tonnerre dans le ciel politique camerounais, à un an des élections présidentielles.

Des accusations graves de fraudes et d’entraves

Le leader du MRC ne mâche pas ses mots. Il accuse ELECAM de multiplier les manœuvres pour empêcher l’enrôlement massif des électeurs : refus de publier les listes électorales, manque de kits d’inscription, horaires d’ouverture des bureaux inadaptés… Maurice Kamto va jusqu’à évoquer des « fraudes d’inscriptions en coaction avec des fonctionnaires de police » et l’impossibilité pour la diaspora de s’inscrire sur les listes.

« Un danger pour les libertés politiques fondamentales« 

Selon l’opposant, les dirigeants d’ELECAM sont devenus « un danger pour l’exercice des libertés politiques fondamentales du peuple camerounais« . Il soupçonne Éric Essousse de vouloir « sauver le RDPC d’une débâcle électorale annoncée », quitte à bafouer les règles démocratiques les plus élémentaires. Des accusations extrêmement graves, qui risquent de mettre le feu aux poudres dans un climat politique déjà tendu.

Un appel à la mobilisation citoyenne

Face à ce qu’il considère comme une « forfaiture« , Maurice Kamto appelle les Camerounais à « ne pas se laisser décourager ». Il les invite au contraire à aller « encore plus massivement » s’inscrire sur les listes électorales, pour ensuite « sanctionner dans les urnes et dans la paix le régime« . Un véritable appel à la mobilisation citoyenne, qui pourrait bien changer la donne politique dans les mois à venir.

Contacté par 237online.com, ELECAM n’a pas souhaité réagir dans l’immédiat aux accusations de Maurice Kamto. Une chose est sûre : cette sortie fracassante du leader du MRC risque de secouer violemment le landerneau politique camerounais. La campagne électorale promet d’être explosive…

Par Jean-Claude Nkodo pour 237online.com

One thought on “Scandale à ELECAM : Le DG Éric Essousse accusé de complot contre la démocratie au Cameroun

  1. M. Nkodo soyez felicité pour ce brillant article sur la dénonciation du professeur Kamto.
    Votre précision sur les intentions du MRC « changement par les urnes et dans la paix » est diamétralement opposée
    à celle des communicants RDPC. Car ceux-ci propagent une rumeur selon laquelle le Mrc préparerait une « guerre civile » en prenant la colère populaire face aux violations d’ELECAM.
    M Jean Claude Nkodo nous vous invitons, ainsi que tous les hommes de médias intègres et vrais comme vous, à démonter ce prétexte qu’ils fomentent tous les jours pour déstabiliser le Cameroun 🇨🇲 en rendant impossibles les élections et par là même le pays ingouvernable par biais d’une guerre civile qu’eux-mêmes -RDPC ET ELECAM- seraient les vrais instigateurs. Ce sont eux qui auraient l’argent du pays détourné, des soldatesques, d’importants moyens de zombification des masses et des soutiens d’ennemis du peuple dissimulés.
    Le camerounais veulent dans leur majorité des élections crédibles et transparentes pour la dévolution du pouvoir dans les urnes et dans la paix. Méfions-nous du piège du RDPC et complices qui voudraient voler au peuple camerounais son droit, en orchrdtrant l’instabilité par leurs déclarations incendiaires et autres basses manoeuvres à venir, pour manipuler les masses. Ils se prépareraient injustement à faire du Mrc leur bouc émissaire, pour conserver le pouvoir.
    Le peuple n’est plus dupe et il ne doit pas se faire avoir par le RDPC.
    Le peuple n’aspire qu’à vivre en paix dans le respect des lois et règlements du Cameroun 🇨🇲 pour désigner ses dirigeants .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *