Santé: Une sieste par jour, le meilleur médicament - 237online.com
International

Santé: Une sieste par jour, le meilleur médicament

Reine des week-ends et des vacances, la sieste devrait être pratiquée au quotidien. Elle réparerait ainsi le déficit de sommeil chronique, véritable fléau pour la santé.

Après une petite nuit, on est déphasé et saisi de somnolences carabinées qui font de notre lit une oasis rêvée. On pense alors que dormir n’agit que sur la concentration et l’acuité. C’est très loin de la réalité. Durant le sommeil, un bataillon d’agents s’activent pour notre cœur, notre équilibre alimentaire, l’élimination de nos toxines, l’apaisement de nos douleurs, notre mémoire, nos défenses immunitaires, notre créativité et notre humeur. «Alors que tout semble à l’abandon, observe Brice Faraut, docteur en neurosciences, une foule d’équipes soignantes soulagent le corps des maux du jour et le consolident.» Voilà pourquoi on parle de «sommeil réparateur»…

Mais ce grand réglage n’est possible qu’à partir de sept heures de sommeil nocturne, note le spécialiste. Or, parce qu’il travaille loin de chez lui et doit se lever aux aurores, qu’il est rivé aux écrans ou encore insomniaque (20% de la population), l’adulte contemporain creuse quotidiennement sa dette de sommeil et met sa santé en danger – près d’un tiers des accidents cardiovasculaires y sont liés.

La solution? Faire une sieste chaque jour, répond Brice Faraut dans Sauvés par la sieste, brillant ouvrage à la fois scientifique et pratique. Le chercheur y montre à quel point un somme quotidien de 10 à 90 minutes selon les âges et les besoins, rééquilibre le corps de manière spectaculaire.

Le monde entier ne dort pas assez

Le nombre de personnes dormant moins de six heures par nuit ne cesse d’augmenter, pointe le chercheur. Aux Etats-Unis, ce chiffre était de 12% en 1998, il est aujourd’hui de 20%. En France, plus de 30% des 18-65 ans ne dorment que cinq heures et demie par nuit. Mais le record est détenu par la Corée, dont 37% des adultes consacrent moins de six heures au sommeil.

Comme les petits dormeurs – cette catégorie de personnes à qui six heures de sommeil suffisent – ne représentent que 7% de la population, le calcul est vite fait. Les autres, le 83% de moyens dormeurs dont les besoins avoisinent sept à huit heures de sommeil par nuit, sont en déficit chronique. Et on ne parle pas des gros dormeurs, ces 10% qui peinent sans leurs neuf heures de sommeil quotidien…

Commenter avec facebook

Source
letemps.ch
Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer