Résidence d'Ongola : Premières livraisons fin janvier

Contrairement aux rumeurs, la construction des logements sur le site de l??ancien camp Sic Tsinga n??est pas aux arrêts. 11h, ce mercredi à l??entrée de l??ex camp Sic Tsinga à Yaoundé. Le site en chantier depuis mai dernier est isolé, caché du regard des passants par une clôture en bois. Deux jeunes vigiles filtrent les entrées. A l??intérieur, des dizaines d??ouvriers sont en activité. Quelques-uns arborent une blouse et casque de travail. Ici, on tisse des fers. Là, on

pioche. Plus loin, un petit groupe manipule une bétonneuse. Beaucoup font des va-et-vient avec des brouettes chargées de terre. D??ailleurs, un camion arrive sur le chantier et déverse un tas de sable. Vu de près, le travail se fait par ateliers et le plus grand nombre s??affaire à boucher les trous de semelles ayant déjà reçu du béton. Sous ce chaud soleil de décembre, c??est une véritable ambiance de chantier qui s??observe en ces lieux. Ce déploiement semble concentré sur un seul bâtiment. Alors qu??on attend onze immeubles sur ce site d??un hectare. L??ouvrage, baptisé «Résidence d??Ongola » est un projet piloté par la Communauté urbaine de Yaoundé (CUY), pour la construction générale de 200 logements. Le coût du chantier attribué à la société Timbal Immobiliare est évalué à 1,8 milliard de Fcfa, pour une durée d??exécution totale de 24 mois. Cependant, depuis quelques semaines, des rumeurs font état de ce que le chantier de la « Résidence d??Ongola » est en arrêt d??activité depuis fin octobre dernier. Et que le constructeur (Btp Cacoco) a été limogé par la société promotrice (Timbal Immobiliare). Sur le chantier en activité, un responsable confirme. « Nous avons résilié le contrat avec Btp Cacoco le 24 octobre dernier », avoue notre source qui préfère garder l??anonymat. Plusieurs griefs sont avancés contre le constructeur. Notamment la lenteur du travail. Pour preuve, « le procès verbal contradictoire que l??entreprise nous a signé en fin de contrat fait état de seulement 2% de réalisation pour plus de trois mois. Ce n??est pas acceptable. Et deux jours après avoir résilié le contrat avec le constructeur, curieusement la banque nous a gelé le financement. On a l??impression que tout un complot est ficelé contre nous pour que ce chantier n??aboutisse pas », pense l??un des responsable de Timbal Immobiliare. Mais le chantier a été relancé sur fonds propres depuis un mois et l??état d??avancement est déjà estimé à 5%. « Nous allons livrer 4 bâtiments de 20 appartements chacun d??ici fin janvier. Nous avons 17.000 parpaings déjà disponibles et toutes les portes et fenêtres ont déjà été montées en Espagne. Faute de réel financement, le chantier n??avance pas au rythme normal, ça c??est sûr. Mais nous faisons le nécessaire », rassure-t-on à Timbal Immobiliare. 13 appartements sont déjà vendus et beaucoup d??autres avancés à 30% des coûts. Lesquels varient entre 39 et 59 millions de F.
Félicité BAHANE N., CT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *